100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 11.10.2010 08h12
Le forum sino-africain profite aux relations stratégiques et a un bel avenir devant lui

Depuis sa naissance en octobre 2000, le Forum sur la coopération sino-africaine a nourri, pour les deux parties, un partenariat stratégique plus étroit, et une coopération bilatérale qui continue de se développer et de prospérer.

Ce forum a montré un bon exemple de coopérations Sud-Sud, a établi une plate-forme de consultation et de communication et a créé un mécanisme de coopération mutuellement bénéfique, a affirmé samedi Liu Guijin, envoyé spécial de la Chine pour les affaires africaines.

Selon M. Liu, le mécanisme de coopération pragmatique établi par la Chine et l'Afrique est bien accueilli par les pays africains et a été reconnu par la communauté internationale.

"Comme le dit un proverbe, il est préférable d'apprendre aux gens à pêcher que de leur donner des poissons," a confié M. Liu, rappelant que la Chine a non seulement fourni de l'assistance, mais aussi exporté des technologies vers l'Afrique afin de l'aider à éradiquer la pauvreté.

La conférence ministérielle du forum, qui doit se tenir tous les trois ans, a eu lieu à quatre reprises. Le forum a également organisé un sommet en novembre 2006, lors duquel le président chinois Hu Jintao a annoncé une série de propositions concernant une offre d'assistance, la multiplication des investissements et le renforcement de la coopération commerciale sino-africaine, cherchant à établir un nouveau type de partenariat stratégique.

Et cela, sans y attacher de conditions politiques, comme l'exportation de l'idéologie et du mode de développement, ni imposer de systèmes sociaux, et ne visant pas une tierce partie ni ne nuisant aux intérêts des autres pays, a expliqué M. Liu.

En respectant le principe de bénéfices mutuels et d'égalité, la Chine a multiplié les voies et les façons d'offrir une assistance aux pays africains, y compris une assistance directe, comme la suppression des dettes, des crédits concessionnels et des fonds de développement.

La Chine a aidé les pays africains à améliorer les infrastructures et à former des experts dans les domaines tels que l'agriculture, la médecine et l'éducation.

Pour faciliter la compréhension mutuelle et les échanges culturels, la Chine a construit en Afrique des dizaines d'Instituts Confucius et a promu les échanges parmi les think tank et les experts.

Les statistiques officielles montrent que le commerce entre la Chine et l'Afrique a enregistré une flambée vertigineuse ces dix dernières années, passant de 10 milliards de dollars en 2000 à 106,8 milliards de dollars en 2008.

Le volume du commerce bilatéral a baissé à 90 milliards de dollars en 2009, en raison de la récession économique mondiale, amis il a augmenté de 61,2 milliards de dollars au premier semestre de l'année 2010, un chiffre en hausse de 65% en base annuelle.

Les investissements de la Chine en Afrique ont augmenté de 46% ces dix dernières années. Ses projets portent principalement sur les secteurs tels que la conservation de l'eau, les centrales et les technologies de communication et d'information.

Plus de 1 600 entreprises chinoises ont investi sur le continent africain, créant ainsi des milliers d'emplois pour les populations locales.

An Yongyu, président de la Société des études africaines de Chine et ancien ambassadeur de la Chine au Kenya, a estimé que l'amitié traditionnelle sino-africaine a été nouée par les précédentes générations de dirigeants.

D'après lui, au fil du développement du forum, celui-ci continuera d'apporter des contributions aux bénéfices mutuels et à la coopération sino-africaine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Porte-parole : Attribution du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo pourrait endommager les relations sino-norvégiennes
Engouement pour l'investissement dans l'or
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?