100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 30.06.2010 08h05
La Chine réfute les critiques sur sa position sur la Péninsule coréenne

La Chine a réfuté mardi les critiques sur sa position sur la Péninsule coréenne, indiquant qu'il ne fallait pas "mettre de l'huile sur le feu" au moment où le calme et la retenue sont nécessaires.

"La position et les efforts de la Chine sont justes et irréprochables", a indiqué le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Qin Gang, lors d'une conférence de presse.

Selon des médias, le président américain Barack Obama a reproché à la Chine un "aveuglement délibéré" face aux actions de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) sur l'affaire du navire Cheonan de la République de Corée.

"La Chine est un voisin proche de la Péninsule coréenne et sur cette question nous avons des sentiments complètement différents par rapport à ceux qui se trouvent à des dizaines des milliers de miles. Nous avons des inquiétudes beaucoup plus directes et sérieuses", a déclaré M. Qin.

Le 26 mars, la frégate "Cheonan" avec 104 marins à son bord a coulé au large de l'île sud-coréenne "Baekryeong" après une explosion "inexplicable". 46 marins ont péri dans ce drame.

Séoul a indiqué après une enquête que ce navire avait été torpillé par la RPDC, mais celle-ci a nié son implication dans cette affaire.

La Chine a appelé à plusieurs reprises toutes les parties concernées à faire preuve de calme et de retenue afin d'éviter toute aggravation de la situation.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Démission du président de la Fédération française de football
Lutte contre un incendie de forêt dans le nord de la Chine
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?
C'est dans l'espoir de pouvoir s'enrichir par le travail que la société deviendra moins dure