100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 29.04.2010 16h06
Nicolas Sarkozy visite le mausolée de l'empereur Qin Shi Huang avec Carla Bruni

Hier matin, les visiteurs étaient bien étonnés de trouver que le président français Nicolas Sarkozy était entré, avec sa femme Carla Bruni dans le Musée des statues de guerriers et chevaux en terre cuite du tombeau de l'empereur Shi Huangdi des Qin.

A 10h35, une dizaine de voitures se sont arrêtées devant le premier Musée des statues. La Première Dame est descendue d'abord de la voiture, certains l'ont reonnue, et plus de visiteurs ont afflué au Musée pour prendre des photos. Le Président habillé d'un complet est entré dans le musée, en souriant, avec sa femme la main dans la main.

Le 25 novembre 2007, M. Sarkozy, en tant que le Président de la France, avait choisi Xi'an comme la première ville de sa visite d'Etat en Chine. Et cette fois, Xi'an est devenu à nouveau sa première destination. Après une heure de visite des fosses, les époux ont admiré les chars et les chevaux de bronze. 2 visiteurs français ont déclaré qu'ils ont eu la chance de rencontrer le président en Chine, qui les a salués en français. Face au tonnerre d'applaudissements, Carla Bruni-Sarkozy et son mari ont adressé un salut de la main aux visiteurs. A 11h50, ils ont quitté le musée, et la visite est revenue à normale.

Visite du président français en Chine

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
... et pourtant les chinois n'ont pas de talonettes!!!
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Lancement réussi d'un satellite de météorologie
Le milieu religieux de Chine a donné 100 millions de yuans à Yushu
Ne ternissez pas la réputation du Wushu chinois !
Tirer une leçon du plan de doublement du revenu national du Japon
Le CNPC en tête du top 500 des plus grandes entreprises du monde : une bonne ou une mauvaise nouvelle
Coup de théâtre sur la scène politique allemande : le président Horst Köhler démissionne suite à des propos déplacés
Tout n'est pas rose pour la « Vallée de la joie » de Paris