100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 01.03.2010 15h15
Zhao Qizheng : le pouvoir le plus important de la CCPPC c'est son droit à la parole

En répondant à la question « La CCPPC (Conférence consultative politique du Peuple chinois) de Chine dispose de quels pouvoirs ? », Zhao Qizheng a dit : « Le plus important pouvoir de la CCPPC c'est son droit à la parole. » En mettant en valeur les expériences qu'il a acquises l'année dernière en assumant pour la première fois la fonction de porte-parole de l'Assemblée générale de la CCPPC, Zhao Qizheng, porte-parole de la troisième Session du onzième Comité national de la CCPPC, s'est entretenu le 25 courant à Beijing avec des journalistes et leur entretien a tourné autour des fonctions et du rôle de la CCPPC.

La CCPPC dispose d'un important droit à la parole.

Suite à un développement de plus de soixante ans, la CCPPC de Chine s'est beaucoup renforcée et grossie et est devenue actuellement une organisation politique dont le Comité national est composé de plus de deux mille membres comprenant des personnalités des huit partis démocratiques, des personnalités sans-parti, des personnalités appartenant aux principales organisations de masse et aux principaux groupes populaires du pays, ainsi que les représentants des cinquante six ethnies chinoises, des cinq grandes et principales religions et des trente quatre milieux de la société. Zhao Qizheng a indiqué que les membres de la CCPPC ont un niveau d'instruction relativement élevé, possèdent une grande expérience du monde et de la vie et sont dotés de profondes connaissances spéciales de leurs domaines professionnels, c'est pourquoi la CCPPC peut très bien jouer le rôle de conseiller et de brain-trust.

« Que ce soit le Parti au pouvoir, le gouvernement ou bien la masse populaire, tous, ils accordent une grande importance aux idées et aux opinions émises par la CCPPC. », a dit Zhao Qizheng qui a ajouté que cette dernière n'est ni un organe législatif ni un organe administratif, mais un organisme de consultation politique qui joue un grand et important rôle dans les discussions consultatives en matières des importantes affaires d'Etat de la politique et de la nomination. Des membres de la CCPPC ont présenté et formulé d'importantes propositions concernant des problèmes qui touchent aux intérêts vitaux du peuple et de l'Etat, tels que, par exemple, la grande exploitation des régions de l'ouest du pays, la construction de la zone économique de la rive ouest du Détroit de Taïwan, le mécanisme de conversion du taux de change du renminbi dans les régions frontières, … etc.

D'autre part, les membres de la CCPPC disposent du droit de contrôle et de supervision démocratiques et « personne ne peut les empêcher d'exercer leur droit dans ce domaine-là. ». D'après Zhao Qizheng, le pouvoir le plus grand de la CCPPC c'est son droit à la parole et elle peut l'utiliser pour s'exprimer et se prononcer sur les plus importants problèmes du pays. En dehors de cela, a-t-il dit, du fait de la large représentativité de ses membres, les problèmes sur lesquelles elle se prononce revêtent et représentent une large part de l'opinion publique.

« La diplomatie gouvernementale plus la diplomatie publique égalent la diplomatie générale ».

Zhao Qizheng a occupé autrefois le poste de de Directeur du Bureau d'information du Conseil des Affaires d'Etat et il a été surnommé « représentant général du gouvernement chinois chargé des relations publiques », puis après qu'il eut été muté au poste de Président de la Commission des Affaires extérieures du Comité nationale de la CCPPC, il est devenu l'un des plus connus promoteurs de la « diplomatie publique ».

« La CCPPC de Chine peut entamer de larges et divers échanges avec le gouvernement, les fonctionnaires, les partis et les personnalités des divers milieux de pays étrangers. Parmi les membres de la délégation des échanges avec l'extérieur de la CCPPC, on remarque entre autres d'anciens ambassadeurs, d'anciens représentants à l'ONU, des spécialistes en matière de la politique internationale, des hommes d'affaires qui s'adonnent au commerce extérieur, … etc. »

Il a poursuivi en disant que bien que la CCPPC ne signe pas au nom du gouvernement des accords bilatéraux, ni ne publie des déclarations, mais ses échanges avec l'extérieur, qui s'étend dans de nombreux domaines, reflètent la réalité chinoise, « expriment nos idées » et prêtent une oreille attentive aux idées et aux suggestions de ses interlocuteurs et des autres.

« Ce sont là des idées et des opinions que depuis ces trois dernières années, la Commission des Affaires extérieures de la CCPPC s'efforce d'exprimer afin qu'elles puissent devenir par la suite des politiques de notre pays. », a-t-il dit et d'ajouter que sommairement et schématiquement parlant, son point essentiel c'est que « La diplomatie gouvernementale plus la diplomatie publique égalent la diplomatie générale », alors que « la diplomatie publique s'exprime de façon plus soignée, plus scrupuleuse, plus profonde et plus diversifiée ».

Le monde extérieur ne comprend pas assez la démocratie chinoise.

Les deux sessions de l'APN (Assemblée populaire nationale » et de la CCPPC ont lieu chaque année vers le mois de mars et l'attention publique est à chaque fois concentrée sur la « Rapport de travail du gouvernement ». Et profitant de cette occasion, Zhao Qizheng pour aborder la question du modèle chinois de ka démocratie.

Il a insisté sur le fait qu'en Chine, les problèmes d'importance d'intérêt commun sont souvent discutés et dissertés de haut en bas et à maintes reprises pour permettre aux larges masses populaires d'émettre leurs idées et leurs opinions. Par exemple, en ce qui concerne le rapport de travail du gouvernement, celui-ci sollicite auparavant les avis et les suggestions des représentants du peuple, des larges masses populaires et des partis démocratiques et entame la consultation politique avec la CCPPC.

Zhao Qizhen a souligné que « Ce genre de démocratie est établi sur la base de consultation » et que « si l'on pense que comme la Chine n'a pas le même modèle de démocratie que celle des Etats-Unis, du Japon ou d'autres pays et territoires, elle n'est pas un pays démocratique et non pas un pays qui dispose d'un autre type de démocratie, cela signifie que l'on ne nous connaisse pas assez et que peut-être c'est que nous n'avons pas fait assez d'efforts pour donner des explications et pour que l'on nous comprenne. »

Il a révélé en outre qu'en raison de l'intérêt accru des médias de l'intérieur et de l'extérieur du pays pour la présente session de la CCPPC et du nombre important des journalistes qui se sont inscrits pour faire du reportage sur cet événement, il a été décidé que la conférence de presse sera déplacée, un fait sans précédent, dans la grande Salle d'Or située au deuxième étage du grand Palais du Peuple à Beijing.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine salue la reprise du dialogue entre l'Inde et le Pakistan
Chine : publication du premier volume des oeuvres choisies de Jiang Zemin en cinq versions étrangères
Il faut faire preuve de sincérité et de bonne foi pour pouvoir réaliser la coopération internationale en matière de la sécurité de l'Internet
Pourquoi les grèves se succèdent dans le milieu du transport aérien international ?
La France dans l'embarras quant à la baisse de son influence en Afrique
L'agitation récente en Afrique de l'Ouest est due à une ingérence occidentale
Consommation des produits de luxe : changer la « demande extérieure » en demande intérieure