Ils rentrent chez eux main dans la main
100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 05.02.2010 15h00
Division européenne sur la levée de l'embargo sur les ventes d'armes à la Chine

Les pays de l'Union européenne ne sont pas encore arrivés à un consensus sur la levée éventuelle de l'embargo sur les vente d'armes à la Chine, a dit le ministre hongrois des Affaires étrangères jeudi 5 février à Chongqing.

Balazs Peter a dit que la décision de lever l'embargo est une « question de conditions » pour les 27 pays de l'UE.

« C'est un problème très sensible », a dit M. Peter. « Nous devons discuter de ce problème. C'est une question de conditions, quand et quelles conditions », a-t-il dit, sans entrer en détail.

L'embargo d'armes, imposé depuis 1989, est devenu un sujet très sensible, quand l'Espagne assure en rotation la présidence de l'UE pour six mois depuis le mois de janvier 2010.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos a dit le 26 janvier que Madrid « pesait le pour et le contre » de l'embargo.

M. Mratinos a ajouté que la France était un des principaux pays partisans de la levée de l'embargo et l'Espagne suit cette ligne ».

Antérieurement, l'ambassadeur espagnol en Chine, Carlos Blasco Villa a dit que son pays « souhaite que les discussions s'approfondissent sur la levée de l'embargo ».

Mais M.Peter a dit que tous les pays de l'UE doivent aboutir à un consensus.

« Nous avons une alliance étroite avec les 26 autres pays de l'UE. Nous avons l'obligation de discuter de tels problèmes avec les 26 autres pays », a-t-il dit, après la cérémonie de l'ouverture du Consulat général de Hongrie à Chongqing jeudi 4 février.

Bien que la Hongrie ne soit pas en faveur de la restriction des échanges commerciaux, a-t-il ajouté, les armes sont des « produits sensibles », qui sont étroitement liés à la paix et la stabilité.

« Cela dépend des 27 pays. L'UE est devenue beaucoup plus compliquée qu'avant. Nous devons parvenir à un accord avec tous nos partenaires en Europe », a-t-il ajouté.

Cependant, il y a une réticence sur la levée de l'embargo, à moins qu'elle soit faite de concert avec les Etats-Unis, à cause des implications en matière de la sécurité, selon le service des informations commerciales en ligne Eubusiness.com, citant un diplomate qui a requis l'anonymat.

Mais David Shambaugh, professeur de George Washington University et chercheur actuellement en visite à l'Académie des Sciences sociales de Chine, a nié un rôle américain sur le problème entre la Chine et l'UE.

“Je ne crois pas que l'embargo soit levé”, a dit M. Shambaugh à la délégation de l'UE à Beijing 4 février. Il a ajouté qu'il n'y a pas de consensus au sein de l'UE.

Il a dit que les pays de l'Europe centrale, dont fait partie la Hongrie, et certains pays scandinaves ne sont pas en faveur de la levée de l'embargo. D'autres grands pays de l'UE tels que l'Allemagne et la Grande-Bretagne n'ont pas encore décidé, a-t-il ajouté.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Plus de « bol de fer » pour les fonctionnaires de Shenzhen
Participation de Hu Jintao à un spectacle en faveur de vétérans militaires chinois
Pourquoi est-on toujours pousser par ses « besoins matériels » ?
En dépit de sa puissance économique montante, la Chine reste lucide
Quand la construction d'une résidence a des relents d'histoire ancienne...
Les exportations chinoises profitent au monde entier
Tennis : une défaite au goût de victoire