100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 13.01.2010 16h19
La Chine réfute les allégations indiennes de « grapillage de territoire »

La Chine a tenu ses promesses à propos du différent frontalier qui l'oppose à l'Inde, a déclaré le 12 janvier le Ministère des Affaires Etrangères, réfutant un récent article paru dans la presse indienne prétendant que New Delhi avait perdu au fil des années une surface « substantielle » de territoire au profit de la Chine.

Des responsables indiens ont remarqué qu'il y avait certaines différences entre les cartes dressées par différentes agences du Cachemire indien. D'après eux, cela est dû au fait que l'Inde avait perdu des portions de territoire au profit de la Chine depuis 20-25 ans, a rapporté dimanche le Times of India.

Selon le compte-rendu d'une réunion tenue le mois dernier et à laquelle avaient participé des responsables du Ministère des Affaires Internes indien, de l'Armée indienne et du gouvernement régional du Cachemire, « Il y a un manque de mémoire institutionnelle des diverses agences tout aussi bien que d'une politique claire sur ce problème, ce qui a eu pour résultat que l'Inde a perdu des portions de son territoire en faveur de la Chine ».

En réponse, la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères chinois a fait savoir que « La Chine et l'Inde ont déjà trouvé un consensus au sujet du problème des frontières. Avant qu'il ne soit totalement résolu, les deux pays feront tout leur possible pour maintenir la paix et la stabilité dans les zones frontalières et ne laisseront pas le problème des frontières affecter l'aspect général de la coopération entre la Chine et l'Inde ».

« La Chine a tenu ses promesses », a dit Mme Jiang lors d'une conférence de presse régulière.

Les disputes frontalières entre la Chine et l'Inde durent depuis des années, les deux voisins n'ayant jamais démarqué officiellement leurs frontières.

Le mois dernier, une route a été construite par les autorités indiennes du Cachemire près d'une zone disputée, près de la ligne de contrôle. Après les objections soulevées par la partie chinoise, la construction a été interrompue, a rapporté l'Agence de presse Chine Nouvelle.

En octobre de l'année dernière, le Premier ministre indien Manmohan Singh avait fait une tournée et prononcé un discours lors d'une réunion électorale dans le territoire disputé du soit-disant « Arunachal Pradesh », provoquant un « fort mécontentement » de la Chine, a rapporté Xinhua.

« Se critiquer sans cesse l'un l'autre est une perte de temps. La Chine et l'Inde doivent se comprendre mutuellement et trouver un compromis acceptable », a déclaré Hu Shisheng, un universitaire spécialisé dans les études de l'Asie du Sud à l'Institut Chinois de Relations Internationales Contemporaines.

Cependant, dit-il, si l'Inde souhaite résoudre cette dispute en demandant à la Chine d'accepter le statut frontalier actuel, elle fait preuve de peu de réalisme.

Car, ainsi que le souligne M. Hu, « Aucune frontière n'ayant été déterminée entre les deux pays, il est incorrect de dire que la Chine a réclamé des territoires appartenant à l'Inde ».

« Les conflits doivent trouver leur solution dans le dialogue, et seuls les ajustements acceptables par les deux parties auront un sens », dit-il.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Publication de six livres d'un ancien ambassadeur de Chine en France
Excuses de Google aux écrivains chinois
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
Il est important pour les commerçants chinois en France d'observer la loi et de ne pas commettre d'infractions aux règlements
La France commence à envisager sérieusement la réalité chinoise
Le monde 2009 aux yeux des Chinois