Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 14.08.2009 14h01
Aucun refus pour les journalistes étrangers

Aucun refus pour les journalistes étrangers. La Chine est sérieuse, en adoptant une telle attitude vis-à-vis des médias étrangers. Elle comprend que seule cette attitude aboutira à des reportages plus objectifs, a dit un haut officiel.

Les ministères du gouvernement sont appelés à fournir aux journalistes étrangers un meilleur accès aux informations, conformément à la politique dite «aucun refus», a dit Guo Weimin, directeur du Bureau d'Information du Conseil des Affaires d'Etat (BICAE) jeudi le 13 août.

«Aucun refus signifie que les ministères doivent désigner des personnes pour traiter les demandes d'interview formulées par les médias étrangers et que ces personnes sont tenues de donner une réponse en 24 heures ou dans une période déterminée, quels que soient les résultats », a dit M.Guo à China Daily dans une interview exclusive.

« Cela ne signifie pas que toutes les demandes soient acceptées, mais nous devons informer les médias de la manière dont leurs demandes avaient été traitées », a-t-il dit.

La Chine a facilité l'accès des journalistes étrangers aux informations en 2007, en établissant une série de règlements provisoires pour les Jeux olympiques de Beijing en 2008.

Par exemple, le gouvernement a libéré les journalistes des procédures ennuyeuses de recherche de la permission gouvernementale pour des interview. Ils n'ont qu'à obtenir l'accord de la personne interviewée.

Le gouvernement a également supprimé l'interdiction sur l'embauche de Chinois pour aider au reportage. De tels changements sont conservés après les Jeux olympiques.

Les gouvernements locaux doivent également fournir des sources des informations concernées et des informations locales principales, quand le média étranger les demande, a dit M.Guo.

Tous les ministères et toutes les provinces ont été appelés à permettre aux médias étrangers et à ceux en provenance de Hong Kong, Macao et de Taiwan de participer aux réunions de presse.

"Les journalistes étrangers peuvent appeler les bureaux d'information du gouvernement local, quand ils rencontrent des difficultés. Les problèmes seront traités de manière appropriée, tant que leurs interview sont raisonnables et légales. Les journalistes étrangers sont en sécurité, quand ils travaillent en Chine", a dit M.Guo.

Page spéciale: Emeutes au Xinjiang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?