Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 22.04.2009 16h13
Sarkozy invitera le président Hu à se rendre en France

Paris souhaite inviter en France le président chinois Hu Jintao, un geste qui apaisera encore davantage les relations avec Beijing.

Le président de l'Assemblée nationale française, Bernard Accoyer, est en ce moment en Chine et invitera officiellement le président Hu pour une visite en France d'ici la fin de l'année, a déclaré lundi un collaborateur de Nicolas Sarkozy, à Paris.

Les relations entre Beijing et Paris ont été mises à mal après la rencontre, en décembre dernier, entre Nicolas Sarkozy et le Dalaï-Lama, alors que la France exerçait la présidence tournante de l'Union européenne, et ce, malgré les protestations répétées côté chinois. Les rapports sino-français ont ensuite traversé la plus importante période de froid en 45 ans de relations diplomatiques.

Après plusieurs phases de négociations, la Chine et la France ont publié un communiqué commun dans lequel la France reconnaît pleinement « l'importance et la sensibilité de la question du Tibet » et récuse tout soutien à « l'indépendance du Tibet » sous quelque forme que ce soit. Les présidents Hu et Sarkozy se sont ensuite rencontrés le même jour, en marge du sommet du G20 à Londres.

Dès lors, Paris a envoyé à Beijing plusieurs personnalités politiques françaises comme M. Accoyer et l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin. D'autres grandes figures politiques françaises sont également attendues dans les prochaines semaines, notamment l'ancien président Jacques Chirac.

Au début du mois, la France a entamé la construction de sa nouvelle ambassade à Beijing, qui avait été retardée pendant plusieurs mois en raison de la brouille diplomatique. Lorsqu'elle sera achevée en 2010, elle sera l'une des plus grandes ambassades françaises dans le monde.

L'attitude de Beijing envers Paris se réchauffe également. Le ministre du Commerce a déclaré qu'il envisageait d'envoyer une délégation commerciale en France pour y signer des contrats d'achat. Beaucoup considèrent ce geste comme un contrepoids aux 15 milliards de dollars de contrats signés en février avec les autres pays européens, lors du voyage en Europe d'une délégation commerciale chinoise qui avait alors contourné la France.

« Cette invitation est une bonne nouvelle », explique Pang Zhongying, professeur à l'Université du peuple de Chine. « Si le président Hu se rend en France, cela consolidera encore davantage le réchauffement des relations », précise Pang.

Wu Baiyi, expert en études européennes de l'Académie chinoise des Sciences sociales, a déclaré que les efforts diplomatiques intensifs de la part de Paris avaient porté leurs fruits et que l'invitation visait à affirmer de façon formelle la reprise des relations.

La crise financière globale persistante et la leçon reçue par Paris ont contribué à l'attitude sincère actuelle du pays envers Beijing, a précisé Wu.

« Personnellement, je pense qu'il est fort probable que Hu Jintao accepte l'invitation de Nicolas Sarkozy, surtout que le voyage européen du premier ministre Wen Jiabao en début d'année a contourné le pays », a-t-il dit. « Je pense que les dirigeants chinois ont l'esprit ouvert et sont des politiciens avisés. »

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
Chine reste le pays le plus attirant pour les capitaux étrangers, selon une enquête des Nations Unies
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?