Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 14.04.2009 13h33
Plan d'action pour protéger les détenus

Le tout premier plan d'action national en matière des Droits de l'Homme promet d'améliorer les conditions des détenus en prison et d'interdire les actes de torture en vue d'obtention des aveux.

Le plan d'action national (2009-2010) interdit également les châtiments corporels ou le maltraitement des détenus à la suite de rapports récents sur plusieurs décès non naturels de personnes en garde à vue.

Selon le plan dévoilé le 13 avril par le Bureau de l'information du Conseil d'Etat:

Les détenus et les interrogateurs doivent être séparés par une barrière physique au cours de l'interrogatoire.

Les détenus devront être soumis à des examens médicaux avant et après l'interrogatoire pour éviter tout abus.

Les détenus et leurs familles doivent être informés sur leurs droits ainsi que les procédures d'application de la loi.

La police, des procureurs et des gardiens de prison devront recevoir une formation sur le respect des Droits de l'Homme.

Si les détenus ont des plaintes, ils peuvent le signaler au moyen de la boite mise à leur disposition dans les cellules ou demander une entrevue avec le procureur en service dans la prison ou la maison d'arrêt.

En outre, le plan réaffirme le strict contrôle de l'application de la peine de mort, et appelle aux procès équitables et ouverts.

Un système de plaintes national et un bureau national pour gérer ces plaintes seront également mis en place pour faciliter ces démarches, selon le projet.

Le plan reconnaît que la Chine reste confrontée à de nombreux défis et a un long chemin à parcourir dans ses efforts pour améliorer la situation en matière des Droits de l'Homme.

"Tout en respectant les principes universels des Droits de l'Homme, le gouvernement chinois, à la lumière des réalités fondamentales de la Chine, donne la priorité à la protection des droits des populations à la subsistance et le développement", mentionne l'introduction de ce document.

Le plan prévoit également que le gouvernement tente de viser "l'égalité en droit de services de santé de base", un grand défi pour un pays où l'écart entre la population urbaine riche et la population rurale pauvre est en train de s'élargir.

Le document de 54 pages fait de la Chine l'un des 26 pays qui ont répondu à l'appel de l'Organisation des Nations Unies de mettre en place un plan d'action national en matière de l'application des Droits de l'Homme, a dit Chen Shiqiu, vice-président de la Société chinoise pour les droits de l'homme.

"Ce projet est un grand pas en avant en matière de la protection des Droits de l'Homme", a-t-il dit.

Joshua Rosenzweig, directeur de recherche à la Fondation Dui Hua, groupe américain de militants en matière des Droits de l'Homme, a déclaré que ce nouveau plan est important car il semble avoir eu plus de réactions de la part des universitaires, des militants et d'autres milieux de la société en comparaison avec les précédents rapports du gouvernement.

Il a ajouté qu'émettre un plan avec des repères plus précis au lieu d'un rapport résumant vaguement les progrès réalisés est une "étape importante", mais a toutefois ajouté que le plan devrait être plus détaillé.

Teng Biao, avocat pékinois, spécialiste en matière des Droits de l'Homme, a déclaré que le document aurait dû se concentrer plus sur les réformes pour rendre le système judiciaire plus indépendant.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
Chine reste le pays le plus attirant pour les capitaux étrangers, selon une enquête des Nations Unies
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?