Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Chine
Mise à jour 26.02.2009 13h13
Le changement de l' « idée sur la Chine » de l'Europe complique les relations sino-européennes

L'Institut des Etudes sur l'Europe de l'Académie des Sciences sociales de Chine et la Société Chine-Europe ont publié conjointement le 24 février le « Rapport sur le développement de l'Europe (2008-2009) », dans lequel il est indiqué que vu de l'ensemble, l'«idée sur la Chine » de l'Union européenne (UE) a subi un grand changement qui est traduit principalement par les préoccupations de cette dernière, dans le processus de développement et de l'approfondissement de ses relations avec la Chine, qui se concentrent de plus en plus sur les « défis » apportés à l'Europe par le développement économique de la Chine ; tout en accordant de l'importance à la coopération bilatérale, l'UE se soucie davantage de la concurrence entre les deux parties ; dans le développement des relations bilatérales, celle-ci insiste surtout sur la responsabilité de la Chine.

Ledit rapport dit que dans la période 2008-2009, il s'est déclenché en Europe une vague antichinoise qui a commencé par la position adoptée par celle-ci quant à l'incident qui s'est produit le 14 mars 2008 à Lhassa, puis par les troubles qui ont surgi à Paris lors du passage du relais de la flamme olympique. Ces deux événements ont jeté de l'ombre sur les relations sino-européennes, lesquelles de « la lune de miel » du développement général de ces relations les années précédentes sont tombées dans une situation difficile presque sans issue favorable. Les raisons qui se cachent derrière ne peuvent être expliquées par le changement des dirigeants de plusieurs pays européens. A l'heure actuelle, le courant du développement de l'économie chinoise provoque l'inquiétude d'un grand nombre d'Européens. C'est pourquoi la réappréciation et la réévaluation des relations Europe-Chine sont devenues pour les pays européens une nécessité de réajuster leur stratégie globale.

Zhou Hong, chercheurs à l'Académie des Sciences sociales de Chine et qui a rédigé le rapport, et ses collaborateurs indiquent que le changement de l' « idée sur la Chine » de l'UE est lié avec le changement du rapport des forces des deux parties dans le processus de mondialisation économique. La partie européenne pense que la Chine est le plus grand bénéficiaire de la mondialisation et est en train de d'arracher le gagne-pain d'un grand nombre d'Européens et les oblige à chômer. D'autre part, nombreux sont les Européens qui croient que les succès de l'économie chinoise sont dus principalement à plusieurs facteurs, dont la transgression aux règles définies par l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), violation du droit de la propriété intellectuelle, abaissement des normes du travail, … etc. En plus, le problème de la ‘balance excédentaire' du commerce Chine-Europe suscite l'inquiétude générale de l'ensemble de l'Europe et le nombre des cas d'action antidumping engagés par les entreprises européennes contre la Chine se multiplie et augmente constamment.

D'après les facteurs mentionnés ci-dessus, lors du « dialogue Chine-Europe de niveau-supérieur sur le Commerce », tenu en juin 2007, et lors de la « dixième rencontre entre dirigeants chinois et européens et du quatrième sommet Chine-Europe sur l'industrie et le commerce », il est apparu plus qu'à l'ordinaire des expressions clé, telles que ‘concurrence' et ‘conflit'.

En dehors du facteur économique, le rapport indique que le changement de l'« idée sur la Chine » des pays européens est directement lié au réajustement de leur stratégie sur la scène internationale. Après la fin de la Guerre froide, l'Europe pense se servir de l'intégration pour redevenir un pôle mondial, pour construire « une Europe qui appartient aux Européens » et pour changer la situation passive où elle est dominée par les Etats-Unis et protégée par eux.. Mais, les efforts qu'elle a déployés pour cela ont essuyé un échec par suite de division interne de position, ce qui a diminué de beaucoup la force d'action d'ensemble de l'Union européenne sur le plan de la politique internationale.

Dans ce contexte-là, dès après leur ascension au pouvoir suprême, la chancelière allemande Angela Merkel et le Président français Nicolas Sarkozy ont immédiatement réajusté la politique diplomatique de leur pays respectif, ont fait de grands efforts pour réparer et améliorer leurs relations avec les Etats-Unis et ont prôné une fois de plus la notion du camp occidental dans les domaines de la politique et de l'économie. Parallèlement, ils ont employé divers et différents moyens en vue d'élever le droit à la parole de leur pays respectif sur la scène internationale. Ce genre de changement est considéré comme produisant de grands effets défavorables aux relations sino-européennes.

Il est dit dans le « Rapport sur le développement de l'Europe (2008-2009) » que depuis la crise antichinoise apparue dans certains pays de l'UE en début 2008 jusqu'à l'attente exprimée par celle-ci au sujet des relations bilatérales lors du Sommet Asie-Europe tenu en octobre de cette année, ce changement sinueux et compliqué montre que l' « idée sur la Chine » de l'UE est en train de subir un changement, lequel apporte de nombreux facteurs indéterminés au développement ultérieur des relations bilatérales.

La Chine doit considérer de façon rationnelle et raisonnable le changement de l'Europe et faire à cet effet des réajustements adéquats. Les deux parties chinoise et européenne doivent à l'avenir promouvoir une diplomatie officielle à de différents niveaux, et, tout en réglant effectivement les problèmes réels surgis entre elles, il leur faut faire beaucoup d'efforts pour développer la diplomatie populaire, ce afin de pouvoir approfondir la compréhension mutuelle entre peuple chinois et peuple européen et jeter une base solide au développement stable, sain et bon des relations entre la Chine et l'UE.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 La confiance, la coopération et la responsabilité sont les clefs du développement des relations sino-européennes
 Bilan de fin d'année : relations sino-européennes en 2008 (I)
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.