Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 17.02.2012 16h27
Un jeune Français qui s'adonne passionnément à l'étude de la MTC

Dans une salle de consultation de la clinique d'acupuncture de l'Institut de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC) de l'Anhui, Bai Ranxu, un jeune « yangyisheng » (médecin étranger », à chevelure doré et aux yeux bleus, pratique avec un grand sérieux et une habilité consommée les traitements d'acupuncture, de massage et du bahuoguanr (application de ventouses dans certaines parties douloureuses du corps) pour guérir les malades. Son aspect extérieur exceptionnel qui se distingue des autres médecins et sa parfaite maîtrise du chinois parlé attire toujours la curiosité des patients qui viennent se faire consulter dans la clinique.

Bai Ranxu, 27 ans, est en fait un jeune Français qui porte le prénom de Florian et qui vient de la ville française de Besançon. Dix ans auparavant, son père tomba malade et se fit soigner dans une clinique MTC de la ville. Les traitements qui lui furent administrés s'avérèrent efficaces et il fut guéri. C'était à ce moment-là que Florian fut amené à entrer en contact avec la MTC et à s'intéresser de plus en plus à elle. Cet intérêt est devenu par la suite une vraie passion pour le jeune Français.

Après avoir terminé ses études supérieures et obtenu son diplôme, Florian pris la décision de se rendre en Chine pour apprendre le chinois et pour essayer de chercher et de trouver une école de médecine qui lui permettra d'approfondir ses connaissances sur la MTC En 2011, il vient à Hefei, capitale de la Province de l'Anhui, et il parvient à se faire inscrire à l'Institut de la Médecine traditionnelle chinoise de l'Anhui en tant qu'aspirant chercheur de l'année 2011 de la spécialité d'acupuncture et de la spécialité de massage de l'école. Pour pouvoir mieux assimiler et saisir la quintessence de l'acupuncture chinoise, tout en entamant des études théoriques sérieuses sur la MTC, il a suivi des cours donnés par de grands maîtres en la matière tout en faisant des stages dans des cliniques. Après avoir étudié sérieusement et minutieusement les méridiens ainsi que les points d'acupuncture du corps humain, il a commencé à s'exercer dans la pratique en soignant les malades en prenant leurs pouls, en leur faisant le massage et en les traitant avec l'acupuncture, ce qui lui a permis d'assimiler petit à petit des connaissance utiles pour mieux saisir l'art essentiel du traitement de l'acupuncture chinoise.

« La Médecine traditionnelle chinoise est de fait une science médicale vaste, étendue et approfondie. En dehors de sa capacité de 'guérir la maladie pour sauver l'homme', il me nécessite de grands efforts et beaucoup de temps pour comprendre et saisir sa quintessence en tant que culture traditionnelle. », a dit Bai Ranxu (Florian) qui profite de ses heures creuses et de ses moments de loisirs pour lire et étudier des œuvres littéraires sur la MTC, dont le « Huangdi Neijing » (Classique de la médecine de l'Empereur Jaune). Bien qu'il éprouve de grandes difficultés pour les comprendre, mais il est résolu à poursuivre ses études dans ce sens.

Parlant de son avenir, Bai Ranxu (Florian) a dit : « Après avoir fini mes études sur la Médecine traditionnelle chinoise, je pense retourner dans mon pays pour y créer et fonder une clinique de la MTC spécialisée sur l'acupuncture, ce qui permettra à mes compatriotes de jouir du bienfait de cette médecine-là et à celle-ci de se faire connaître en France comme culture traditionnelle chinoise. »




[1] [2] [3]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 16 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?