Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 24.06.2011 13h29
En France, les entreprises chinoises sont victimes de préjugés
une interview de Jin Chunlei, Porte-parole de l'Ambassade, accordée à "L'Hémicycle"

Comment peut se développer la coopération économique entre la France et la Chine ?

Il est clair que nous devons tout d'abord améliorer la compréhension mutuelle. Si j'avais un conseil à donner aux investisseurs français, ce serait de réfléchir, quand ils viennent en Chine, à l'immensité du marché qui s'offre à eux. C'est le cas, pour le développement des infrastructures ferroviaires chinoises. Nous voulons développer ce moyen de transport, pour en faire un outil de développement du pays. En Chine, les besoins sont immenses. Le nombre de lignes à construire est considérable. Les marges bénéficiaires seront certes réduites, mais généreront un chiffre d'affaires important.

Peut-on rééquilibrer la balance commerciale entre la Chine et la France ?

Ce n'est pas une question facile. Beaucoup de choses sont positives. Beaucoup d'investissements ont été faits ces trente dernières années en Chine. Maintenant, c'est aux entreprises chinoises de venir investir, en Europe et bien sûr en France. Le gouvernement chinois encourage cette politique qui doit permettre de rééquilibrer la balance commerciale entre nos deux pays. Mais on ne peut pas faire des affaires tout seul. Il faut aussi un climat favorable pour les investissements. Nous regrettons beaucoup les préjugés, souvent entretenus par certains médias, dont sont victimes les entreprises chinoises, en France et ailleurs. Regardez, à l'inverse, ce qui se passe en Allemagne. Le « climat » est plus favorable et nos entreprises y investissent beaucoup plus. Il faut travailler sur ce thème pour développer nos relations.

Que pensent les Chinois de la France ?

L'image de la France est très positive en Chine, pour des raisons culturelles et historiques. La culture française est très enseignée en Chine. Nous nous souvenons aussi de la France du général De Gaulle qui a été la première à reconnaître la République populaire. Nos deux pays ont des similitudes. Je prends un exemple. Si l'on demande aux Français s'ils connaissent La dernière classe d'Alphonse Daudet, peu répondent oui. Alors qu'en Chine, c'est un texte très connu et très apprécié. Tous les chinois le connaissent, il figure en bonne place dans nos manuels. Nous y voyons un symbole fort. La France a été occupée par l'Allemagne, nous, nous l'avons été par le Japon. C'est une expérience qui nous rapproche. La Chine et la France ont toujours été des nations agressées par l'extérieur. Ce texte a une résonance très forte pour nous. L'incompréhension, si elle existe parfois, ne concerne que la période très récente. Même si beaucoup de choses ont déjà été corrigées de part et d'autre. Le président Sarkozy est aujourd'hui un acteur positif de la relation bilatérale. Sur la majorité des dossiers, Paris et Pékin travaillent ensemble. Mais, il est sûr que pour Taïwan, pour le Tibet, les positions françaises devraient respecter le fait historique. Cela nous surprend et cela modifie parfois l'idée que nous faisons de la France.

Source: Ambassade de Chine en France

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao exhorte les fonctionnaires à mieux utiliser leur pouvoir et à servir le peuple sans réserve
Hu Jintao présente ses condoléances à Medvedev après un accident aérien russe
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale
Un seuil sur le chemin pour connaître l'Occident