100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Les relations sino-françaisesMise à jour 14.09.2009 09h04
Les échanges culturels sino-français ne doivent pas se limiter au sein des ministères

Les échanges sino-français ne se traduisent pas que par les visites mutuelles d'hommes d'Etat et ne doivent pas se cantonner aux ministères", a déclaré le conseiller culturel de l'ambassade de France en Chine Alexandre Ziegler, lors d'une interview accordée à l'Agence de presse Xinhua à la veille de la fête nationale de la Chine.

Si un jour, les échanges culturels entre la Chine et la France se déroulent de façon naturelle dans des lieux publics, et que les artistes, les intellectuels, les penseurs arrivent à prendre contact directement sans passer par des institutions comme l'ambassade, je considérerai cela comme une véritable réussite, a avoué le conseiller à la journaliste de Xinhua, reconnaissant qu'il "caricaturait" un peu.

Aux yeux de ce diplomate français, la diplomatie culturelle doit s'adapter à la mondialisation, c'est-à-dire qu'elle doit s'intégrer véritablement à la vie quotidienne des habitants.

Les échanges culturels peuvent jouer un rôle très important pour établir, approfondir et rétablir les relations entre deux pays comme la France et la Chine, et la compréhension et les rapports entre les Français et les Chinois, a indiqué M. Ziegler.

Même au cours des turbulences qui ont marqué les relations sino-françaises l'année dernière et en début d'année, les échanges culturels entre les deux pays restaient l'un des rares secteurs qui continuait à avancer, alors que les secteurs économique et politique ont été très touchés. Les artistes, intellectuels et penseurs français poursuivaient le dialogue avec leurs homologues chinois, à tel point que les échanges culturels sino-français ont atteint des sommets sans précédents, a confié M. Ziegler, fier de son travail.

La France est le premier pays occidental à avoir lancer l'événement des années culturelles croisées avec la Chine, qui s'est déroulé entre l'été 2003 et l'automne 2005, période durant laquelle ont été organisées de nombreuses activités artistiques et culturelles. Les années croisées France-Chine ont obtenu des résultats fructueux en améliorant considérablement les connaissances mutuelles des Chinois et des Français.

Selon le conseiller culturel, l'une des réussites des années croisées est d'avoir vu les ministères et les institutions se tourner davantage vers les individus, qui participent ainsi à la diffusion non officielle de la langue et de la culture dans la vie quotidienne.

Grâce aux efforts déployés au cours des années croisées, de plus en plus de lycéens français choisissent aujourd'hui le chinois comme deuxième langue étrangère, ce qui constitue un contraste évident avec ce qui se passait il y a quelques années, quand seules quelques écoles proposaient des cours de chinois. Parallèlement, un grand nombre d'étudiants chinois effectuent leurs études en France. De même, beaucoup d'étudiants français suivent des cours de chinois à l'université.

Il a constaté que la culture chinoise séduisait un large public en France. Les Français ont profondément envie de connaître la culture chinoise. A Paris, trois festivals sur la culture chinoise sont organisés chaque année et une trentaine de films chinois sont projetés dans les cinémas français.

En tant que grande puissance émergente, la Chine suscite beaucoup de réactions en France. La plupart de ces réactions sont positives, mais les ctitiques existent et la Chine doit les accepter, puisque la diversité constitue un élément essentiel d'une société multipolaire, a nuancé le conseiller culturel.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'accord sur le commerce de services Chine-Pakistan entrera en vigueur en octobre
Les mauvaises habitudes de conduite des automobilistes chinois
La Réunion annuelle du Forum de Davos – une plate-forme qui permet à l'Afrique d’attirer les investisseurs chinois
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?
La France est-elle vraiment un pays romantique ?