Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.08.2012 08h30
Le Botswana ouvrira un haut commissariat au Mozambique

Le développement des relations entre le Botswana et le Mozambique a incité Gabarone à ouvrir un haut commissariat à Maputo, ont déclaré des sources officielles des deux pays africains.

Le ministre mozambicain des Affaires étrangères Oldemiro Baloi a indiqué mardi que le haut commissariat du Botswana au Mozambique renforcerait la coopération bilatérale.

Un accord à cet égard a été signé il y a près de trois ans, peu après que le président Armando Guebuza ait remporté un deuxième mandat aux élections.

Au cours des deux dernières années, le Botswana a signé 10 protocoles d'entente sur l'approvisionnement de l'énergie et du carburant de Maputo à Gabarone, ainsi que sur le contrôle transfrontalier entre les deux pays, tous deux membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

Le pays lusophone coopérera également avec le Botswana dans la formation de diplomates et dans le domaine de la santé.

Il y a un an, le Mozambique et le Botswana ont signé un accord à Maputo pour construire un port en eau profonde à Tchobanine, dans le sud du Mozambique. Une ligne ferroviaire reliera le Botswana au Zimbabwe, par le biais de ce port.

Le gouvernement du Botswana utilisera cette ligne pour exporter des diamants et de la viande à l'étranger.


News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale