Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 21.08.2012 08h30
Togo : la filière cotonnière à l'épreuve d'irrégularités dans son maillon clef (PAPIER GENERAL)

La filière cotonnière est à l'épreuve d'irrégularités diverses avec détournements de fonds au niveau de la Fédération nationale des groupements de producteurs de coton présentée comme maillon clef de la relance de cette filière trois ans après sa restructuration.

La révélation de l'existence des irrégularités est contenue dans un communiqué du gouvernement, publié au terme du Conseil des ministres tenu jeudi et auquel le ministre en charge de l' agriculture a dû faire une communication orale en présence du chef de l'Etat togolais Faure Gnassingbé.

Il s'agit du résultat d'un contrôle de l'Inspection générale des finances effectué du 4 au 13 juillet dernier, au siège de la Fédération nationale des groupements de producteurs de coton.

L'opération de contrôle a fait état de "plusieurs irrégularités, notamment des détournements de fonds, l'octroi de crédits en intrants agricoles sans contrat ni échéancier et garantie, le maintien en fonction d'un conseil d'administration dont le mandat expirait depuis octobre 2011", a rapporté le communiqué du Conseil des ministres.

L'Inspection a porté "plainte et l'affaire suit son cours au niveau judiciaire", indique-t-on, tout en soulignant que la révélation de ces irrégularités est un coup dur pour la filière cotonnière.

Cette filière renaît d'un long marasme sous la Société togolaise de coton (SOTOCO) détenue à 100% par l'Etat et qui a été dissoute en 2009, dans un processus de restructuration, pour donner la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT), une structure à économie mixte détenue à 40% par les producteurs de coton.

La filière bénéficie de l'appui du gouvernement à travers la mise à disposition des intrants et aussi d'un programme ambitieux de relance globale du secteur agricole estimé à 600 milliards de francs Cfa (environ 1,1 milliard USD) dont des aspects offrent des opportunités diverses aux groupements de producteurs de coton.

La NSCT, dans laquelle l'Etat est majoritaire avec 60%, a donné une nouvelle dynamique à la filière avec la projection d'une production de 100.000 tonnes à la campagne 2012-2013. La production de coton est passée 28.000 tonnes en 2009 à 46.000 tonnes en 2010 et à 79.000 tonnes en 2011.

En trois ans d'existence, la NSCT a enregistré, après un résultat déficitaire de 262 millions de francs Cfa (environ 490. 000 USD) en 2009, un premier résultat positif de 360 millions de francs Cfa (670.000 USD) en 2010 et 976 millions Cfa (180.000 USD) en 2011. Des résultats de 2011, environ 556 millions Cfa (1 million USD) sont retenus pour doper les réserves de la NSCT qui vient d'investir près de 1 milliard Cfa pour la rénovation du matériel de collecte et de transport du coton.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale