Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 20.08.2012 14h14
RDC: Visite à Kinshasa du vice-ministre japonais des Affaires étrangères

Le vice-ministre des Affaires étrangères du Japon, Toshiyuki Kato, est arrivé dimanche à Kinshasa, à la tête d'une délégation d'une trentaine de personnes pour explorer les possibilités d'investissements directs en RDC, pays riche en ressources naturelles et en potentialités humaines.

Selon l'ambassade du Japon à Kinshasa, cette délégation, pendant son séjour de 48 heures à Kinshasa, va avoir avec des officiels du gouvernement congolais et des responsables des sociétés congolaises, des séances de travail sur les activités industrielles et tenir un séminaire sur le commerce et les investissements entre la RDC et le Japon.

Composée des membres des ministères des Affaires étrangères, de l'Economie, du commerce et de l'industrie, ainsi que des institutions d'administration indépendantes et de grandes sociétés privées du Japon, la délégation a pour mission de promouvoir le commerce et les investissements entre la RDC et le Japon

D'après la même source, l'initiative de cette mission a été prise lors de la 4ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD) tenue en mai 2008, à l'issue de laquelle un « Plan d'action de Yokohama » a été conçu pour fournir une feuille de route en vue de soutenir la croissance et le développement de l'Afrique.

Le Japon et la RDC entretiennent depuis l'indépendance de la RDC en 1960, d'importantes relations diplomatiques et de coopération. Depuis 2007, cette coopération s'est intensifiée par un soutien accru dans divers secteurs prioritaires, notamment dans les domaines de la consolidation de la paix, du développement économique, de l'amélioration de l'accès aux services sociaux, ainsi que de la protection et la gestion de l'environnement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale