Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 20.08.2012 08h19
Maroc : Les cahiers des charges des médias audiovisuels publics bientôt validés (SYNTHESE)

Adoptés jeudi dernier en Conseil de gouvernement du Maroc, les nouveaux cahiers des charges de l'audiovisuel seront bientôt soumis à la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) pour les valider.

Il s' agit d' une copie nettement révisée par la commission ministérielle constituée pour la révision desdits cahiers. Les amendements concernent le renforcement du pluralisme, de l'ouverture, de la diversité et de l'équilibre et la valorisation des dispositions de la bonne gouvernance, de la transparence, de la qualité et du service public, selon les termes du ministre marocain de la Communication, porte-parole du gouvernement M. Mustapha El Khalfi.

De son côté, le chargé du dossier, M. Nabil Benabdellah, ministre marocain de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville, a précisé qu' il a été procédé à "la révision du coût et du volume de production aux niveaux interne et externe, afin de conférer une identité forte aux différentes chaînes publiques".

Rappelons que la première version du cahier des charges, devant être respectés par la Société nationale de radiodiffusion-télévision (SNRT) et la SOREAD-2M, comportait neuf chapitres dont en particulier celui définissant le concept de service public, la ligne éditoriale de chaque service, la programmation, la production, la publicité, la déontologie, la bonne gouvernance, les relations avec la HACA.

La programmation proposée visait que soit atteint un minimum du concept du service public. Il était également stipulé, dans le cahier des charges, selon M. El Khalfi, d'encourager la production nationale par le truchement du renforcement du soutien qui lui est accordé, tout en garantissant l'émulation, la qualité et la spécification de l'établissement d'une relation équilibrée entre la production étrangère prête à la diffusion et la production interne et la co-production, outre la contribution à la production annuelle des œuvres de musique et des séries télévisées marocaines à un taux fixé selon la spécificité de chaque travail.

L'ensemble des programmes et émissions proposés à la deuxième chaine 2M ne dépasse guère trois heures et demie, soit moins de 14,5% de l'ensemble des émissions quotidiennes. Seuls les horaires des principaux journaux télévisés ont été fixés, a indiqué M. El Khalfi.

D'après le cahier des charges, les programmes et émissions de la deuxième chaîne comportent des bulletins télévisés à vocation générale et d'autres régionales, les émissions de débat et d'autres consacrées à la femme, à la famille, à l'éducation et à la communication, les multimédias, des émissions pédagogiques et de divertissement pour enfants et adolescents, outre des émissions religieuses, des feuilletons et des films.

Toutefois, il est prévu que la société SOREAD-2M accuse une perte de 63 millions de dirhams en 2012, a estimé le ministre. Pour remédier à cette situation, le Conseil d' Administration de SOREAD-2M, a entériné la semaine dernière, dans le cadre de l' opération d' augmentation de capital, la proposition d' apporter au capital de la société un montant de 260 millions de dirhams constitué des dotations de l' Etat au titre du contrat-programme.

Conclu, en juin 2010, ce contrat-programme, le premier du genre signé avec cette chaîne depuis sa création en 1989, garantit à la société publique tous les moyens pour la concrétisation des objectifs escomptés.

Le Maroc connaît depuis quelques mois un grand débat sur l' élaboration de nouveaux cahiers des charges des médias audiovisuels publics qui visent, au-delà de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution et du programme gouvernemental, le respect des critères de la qualité, du pluralisme, de l'égalité des chances, de l'indépendance éditoriale et de l'initiative créatrice.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale