Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 08.08.2012 09h38
Guinée : l'organisation des législatives ne doit pas être freinée par un groupe politique (BOC)

Le Bloc de l'opposition constructive (BOC) a indiqué mardi que l'organisation des élections législatives en Guinée "ne doit pas être freinée par un groupe de politique, qui se considère majoritaire et qui n'a pas pitié au bas peuple''.

S'exprimant lors d'une conférence de presse, le coordinateur du BOC, Ibrahima Sory Diallo, a déclaré que le BOC réclame le respect de l'autorité de l'Etat, de la Constitution, qui ne doit pas être considérée comme une liste de suggestion, susceptible de changement à tout moment, pour des intérêts égoïstes des hommes politiques guinéens.

"Nous estimons que la crise actuelle perdure parce que les uns et les autres ne veulent pas l'application de la constitution et du code électoral à sa juste rigueur pour un dénouement du différend", a déclaré M. Diallo.

Il a ajouté par ailleurs que la question de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui a longtemps divisé les acteurs politiques ne doit plus être un obstacle, car le Conseil national de Transition (CNT) vient de corriger l'article 162 du code électoral, qui simplifie considérablement les pouvoirs et prérogatives de l'actuel président de la CENI, en charge de l'organisation des élections.

Le coordinateur du BOC a exhorté les Guinéens à refuser d'accompagner toute manifestation partisane entraînant le désordre public et pouvant porter atteinte à l'unité nationale et à la quiétude sociale.

Selon lui, le BOC s'inscrit dans un cadre logique, afin de défendre l'idéal commun des Guinéens, en favorisant le compromis et en invitant les autres leaders de l'opposition radicale à suivre la finalisation de la démarche engagée par l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l'Union européenne, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

"Toute manifestation de nature pacifique ou violente contraire à cette nouvelle disposition sont considérée comme des actes de sabotages du processus de finalisation de la transition souhaité par le peuple de Guinée", a-t-il dit.

Il a souligné qu'aucun parti politique ne peut se substituer à l'autorité de l'Etat pour saper le vent du changement et prendre des décisions ne relevant pas de ses prérogatives.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 7 août
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...
Les Etats-Unis s'intéressent à l'Afrique, et cette fois c'est vrai…