Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.07.2012 16h31
La CEDEAO encourage ses Etats membres à poursuivre leur coopération avec la Chine (INTERVIEW)

Cheville ouvrière de la promotion de l'intégration économique dans cette région prônée par l'Union africaine, la Commission économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) se félicite de la coopération avec la Chine et encourage ses Etats membres à la poursuivre au profit de leurs besoins de leurs populations, annonce son président Kadré Désiré Ouédraogo. Interrogé par Xinhua à la veille de la conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine qui se tient ces 19 et 20 juillet à Beijing.

Ouédraogo, présent au 19e sommet ordinaire de l'Union africaine organisé dimanche et lundi à Addis-Abeba en Ethiopie, a salué une coopération qui fournit des outils simples, entre autres, aux ouvriers et autres travailleurs africains.

Question : A la veille de la conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine qui se tient ces 19 et 20 juillet à Beijing, quelles suggestions faites-vous pour une plus grande concrétisation de cette plateforme de partenariat ?

Réponse : Dans la région de la CEDEAO, nous sommes déjà en contact avec des relations commerciales suivies et nous avons organisé à Accra le 20 mars dernier le deuxième Forum Chine-CEDEAO auquel moi-même j'ai participé et auquel beaucoup d'investisseurs chinois ont participé et nous avons convenu que nous allions continuer dans cette voie pour développer les échanges commerciaux entre la Chine et les Etats de la CEDEAO.

Q : A quel niveau évaluez-vous ces échanges ?

R : Il y a le domaine public d'abord pour lequel les grands projets d'infrastructures qui sont de la responsabilité des gouvernements. Ce sont des projets qui vont être traités de gouvernement à gouvernement. Mais pour les projets privés, nous laissons le soin aux chambres de commerce d'interagir. C'est ce que nous avons déjà fait, il y a des hommes d'affaires qui sont venus de Chine, qui ont eu des contacts « be-to-be » avec leurs collègues de l'Afrique de l'Ouest. Je pense que cela a été très productif. Maintenant, ce que nous avons décidé de faire, c'est de créer des points focaux, un à la CEDEAO et un en Chine pour que les hommes d'affaires de la CEDEAO qui veulent aller en Chine aient un lieu où ils ont l'information nécessaire et les hommes d' affaires chinois également qui veulent venir dans la zone de la CEDEAO aient un bureau qui les renseigne directement sur les potentialités et les opportunités qu'ils peuvent avoir dans la région de la CEDEAO. Donc, je crois que c'est une coopération qui est émergente et nous nous félicitons de cela, parce que c'est une coopération Sud-Sud et nous à la CEDEAO, nous accordons beaucoup d' importance à la coopération Sud-Sud.

Q : Dans le contexte des défis auxquels la région de la CEDEAO est confrontée aujourd'hui, qu'est-ce que cette coopération peut vous apporter pour gérer les situations de crise et la sécurité alimentaire ?

R : Les nombreux morts que nous avons, viennent du fait que nos économies ne sont pas suffisamment développées pour générer des ressources internes pour faire face aux besoins d'investissements et aux besoins des secteurs sociaux. Alors, nous pensons que pour pouvoir avoir ces moyens il faut que nous ayons plus de croissance. Or, pour avoir la croissance économique, il faut des investissements et les investisseurs chinois sont les bienvenus dans ce contexte pour aider à avoir l'investissement qui va créer la croissance et la croissance à son tour va générer des produits qui vont nous permettre de satisfaire les besoins sociaux de nos populations, y compris les crises dont vous parlez.

Q : Les populations trouvent-elles leur compte pour le moment dans cette coopération ?

R : Absolument, je pense que c'est un niveau d'investissement qui répond aux besoins des populations, parce que la Chine a une expérience presque similaire à nos pays en développement. Ils ont les mêmes contraintes, les mêmes problèmes et le fait que c'est un pays également qui connaît les problématiques du développement, ça fait que la coopération est beaucoup plus simple et les outils qu' ils amènent sont des outils assez simples, à la portée de nos ouvriers et de nos travailleurs. Et je pense que c'est cela un des avantages de l'investissement chinois et nous encourageons beaucoup ce courant. Et nous CEDEAO, nous allons encourager nos Etats membres à continuer cette coopération et nous allons créer les conditions régionales nécessaires pour promouvoir ces investissements conjoints.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 18 juillet
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne