Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.07.2012 08h27
Rencontre Ravalomanana –Rajoelina et sortie de crise malgache : date butoir le 31 juillet

La Troïka ou l'organe de coopération de la Communauté de développement de l'Afrique Australe (SADC) à travers son bureau de liaison à Antananarivo, la capitale malgache, a fixé la date du 31 juillet prochain pour que le président de la transition, AndryRajoelina et l'ancien président, Marc Ravalomanana, concluent un accord à l'amiable, apprend-on du communiqué reçu mardi.

Cet accord réussi à l'amiable, qui devrait être conclu avant le 31 juillet prochain, doit être durable et applicable pour « créer un climat d'apaisement pour l'application totale de la feuille de route, ce qui mènera le pays vers des élections libres et justes », a précisé le communiqué.

« Si les deux parties, dont Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, ne sont pas capables de conclure un accord final pour s'assurer de la mise en oeuvre de la Feuille de route jusqu'au 31 juillet 2012, la ou les parties responsables de l'échec seront désavouées par la communauté internationale concernant une participation future dans le processus », a précisé la Troïka de la SADC.

Aucune date précise n'est pourtant avancée par la SADC mais cette entité a annoncé que « conformémentà la décision du 1er juin dernier lors du Sommet de Luanda, la Troïka de la SADC a travaillé sans relâche pour mettre en place la logistique nécessaire à la rencontre entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. A cet égard, une communication à un niveau élevé entre la Troïka et les parties prenantes pertinentes continue pour s'assurer que cette réunion aboutisse aux résultats positifs tant espérés et applicables ».

Concernant cette rencontre préconisée par la SADC, Andry Rajoelina a affirmé récemment que « les acteurs politiques doivent être un modèle, un exemple pour la résolution de la crise et non un fardeau. Cela implique que la rencontre devrait aboutir à une solution et non à poser un nouveau problème pour le pays. Donc, il serait important d'avoir un aperçu de l'aboutissement de ladite rencontre par le truchement d'un préalable pour savoir si cette rencontre est-elle vraiment une solution à la crise. Personnellement, j'ai toujours été prêt à dénouer ce problème ».

Le côté de Marc Ravalomanana, quant à lui ne s'oppose à la tenue de cette rencontre. Notons que Marc Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud depuis le mois de mars 2009, et Andry Rajoelina sont les deux principaux protagonistes de la crise malgache qui a débuté en décembre 2008. La communauté internationale a déjà organisé des rencontres en 2009 en vue de trouver des solutions à la sortie de crise malgache mais les accords décidés n'ont pas été suivis.

En septembre dernier, la SADC a concocté une feuille de route de sortie de crise qui a été signée par onze entités politiques malgaches mais quelques articles de cette feuille de route créent des polémiques vis-à-vis des politiciens.

La tenue de cette rencontre entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana décidera si « Madagascar prendra le chemin de la prospérité ou s'enfoncera dans une spirale de pauvreté », a conclu le communiqué.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 17 juillet
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire