Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 10.07.2012 13h09
L'UE envisage de reprendre le dialogue avec le Zimbabwe sur la normalisation de leurs relations

L'Union européenne envisage de reprendre le dialogue avec le Zimbabwe sur la normalisation de leurs relations, a indiqué lundi un diplomate.

L'ambassadeur de l'UE au Zimbabwe Aldo Dell'Allariccia, cité par la radio ZBC News, a déclaré que les discussions sur la question zimbabwéenne étaient en cours à Bruxelles. Selon M. Dell'Allariccia, une décision sur la révision des relations entre le Zimbabwe et l'Union européenne (UE) devrait être prise lors de la prochaine réunion du Conseil de l'UE, prévue à Bruxelles plus tard dans le mois.

La dernière réunion de reprise de dialogue entre le Zimbabwe et l'UE a eu lieu à Bruxelles le 10 mai de cette année. L'équipe zimbabwéenne, réunissant des représentants de toutes les parties de l'Accord politique global (GPA) demande la levée des sanctions illicites imposées par l'UE sur leur pays en punition pour la redistribution des terres.

L'équipe zimbabwéenne pour la reprise du dialogue, menée par Elton Mangoma du parti MDC-T, s'est exprimée de manière univoque sur l'impératif de supprimer les sanctions pour normaliser les relations entre les deux parties.

La responsable de la politique extérieure de l'UE, Lady Catherine Ashton, s'est déclarée optimiste sur les progrès réalisés par le Zimbabwe dans la mise en oeuvre du GPA, et a transmis son avis sur la levée des sanctions au Conseil de l'UE.

Toutefois, le Zimbabwe fait valoir que la levée des sanctions ne devrait pas être conditionné à la mise en oeuvre du GPA, puisque les sanctions ont été imposées en 2002, sept ans avant la formation du gouvernement d'inclusion.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire