Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 04.07.2012 09h50
La Libye renouvelle sa demande d'extradition de Mauritanie de l'ex-chef des renseignements

Moustapha Abdeljalil, président du Conseil national libyen de transition (CNT), a renouvelé lundi auprès des autorités mauritaniennes la demande d'extradition d'Abdallah al-Senoussi, ancien chef des renseignements de Kadhafi, a-t-on appris de source diplomatique à Nouakchott.

Cette demande a été réitérée par le dirigeant du CNT au cours d'un entretien téléphonique avec le chef de l'Etat mauritanien, indique-t-on de même source.

Abdeljalil a expliqué à Ould Abdel Aziz l'importance que revêt pour son pays l'extradition vers Tripoli de Sanoussi pour y être jugé.

Selon l'agence mauritanienne d'information (AMI), l'entretien a également porté sur des questions relevant du domaine de "la coopération entre les deux pays, ainsi que les moyens de les renforcer".

Le 21 mai dernier, Abdallah Sanoussi avait été inculpé de " présence illégale avec de faux documents d'identité sur le territoire Mauritanie" par le procureur de la cour de Nouakchott, avant d'être mis sous mandat de dépôt à la prison centrale de Nouakchott par le procureur.

Il avait auparavant passé 45 jours de détention dans un lieu tenu secret par les autorités mauritaniennes, où il a été entendu par les enquêteurs.

En mars dernier, les autorités libyennes avaient exprimé leur attachement à l'extradition vers Tripoli, de l'ancien chef des renseignements de Kadhafi détenu à Nouakchott depuis plus de trois mois.

Le premier vice-Premier ministre libyen, Moustapha Bou Chagour, avait expliqué, à l'occasion d'une visite à Nouakchott, que Sanoussi "a commis des crimes envers le peuple libyen dont il doit répondre devant la justice libyenne".

La Mauritanie et la Libye ne sont pas liées par un accord d' extradition.

Source: Xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire