Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.06.2012 13h25
Congo : les 11 nouveaux membres du Conseil supérieur de la liberté de la communication installés dans leurs fonctions

Les 11 nouveaux membres du Conseil supérieur de la liberté de communication, nommés recemment par le président de la République, ont été installés mercredi à Brazzaville dans leurs nouvelles fonctions pour un mandat de trois ans par la Cour suprême, au cours d'une audience solennelle de prestation de serment.

Présidé par Philippe Mvouo, le conseil est composée de professionnels de l'information ayant exercer dans des médias audiovisuels et écrits des secteurs publics et privé au Congo. Elle succède ainsi à l'équipe précédente, dirigée par Jacques Banangandzala et installée depuis l'institution de ce conseil en 2003.

Le Conseil supérieur de la liberté de communication est l' organe de régulation qui garantit l'exercice de la liberté d' information et de communication au Congo. Ses missions sont entre autres, de garantir aux citoyens l'accès à une communication libre, de suivre les médias et de leur assurer une protection dans l' exercice de leur fonction d'informer, et de veiller à l' application ainsi qu'au respect des normes professionnelles, éthiques et déontologiques.

Cette institution donne également des avis techniques et faits des recommandations sur les questions relevant du domaine de l'information et de la communication.

Au cours de cette audience présidée par le prémier président de la Cour suprême, Placide Lenga, le procureur général près la Cour suprême, M. Mvouo, a dans ses réquisitions définitives, a interpéllé les membres de ce conseil à améliorer l'image de la presse congolaise qui selon lui, jouit d'une mauvaise réputation auprès du public congolais.

"Je vous interpelle à venir au chevet de la presse congolaise, votre expertise est attendu car, vous êtes la seule institution abilétée à réhabiliter la presse congolaise minée par beaucoups de maux tels que, l'usage de la rumeur, le manque de structures adéquates, l'abscence de programmes de qualité", a-t-il fair savoir.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent