Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 27.06.2012 08h25
La Tunisie a reçu des garanties pour que Mahmoudi soit traité selon les principes de justice et de respect en Libye

Le mouvement islamiste Ennahdha (Renaissance) a annoncé mardi que la Tunisie a obtenu "des garanties écrites et orales suffisantes pour que l'ancien Premier ministre libyen Bagdadi Mahmoudi soit traité selon les principes de justice et de respect".

Le gouvernement tunisien avait dépêché une mission en Libye pour enquêter sur les conditions de détention de Bagdadi Mahmoudi, extradé dimanche par les autorités tunisiennes, a indiqué le mouvement Ennahdha dans un communiqué, ajoutant que cette mission a obtenu "des garanties écrites et orales suffisantes pour que Bagdadi Mahmoudi soit traité selon les principes de justice et de respect".

Parti majoritaire au pouvoir et à l'Assemblée constituante tunisienne, le mouvement Ennahdha a estimé dans le communiqué explicatif que "la remise de Mahmoudi aux autorités légitimes de son pays fait l'objet d'un accord" et que l'application de l'extradition "est du ressort de l'appareil exécutif".

Le différend qui oppose les présidences de la République et du gouvernement sur l'extradition de Bagdadi Mahmoudi, "ne porte pas sur le principe de l'extradition mais sur les conditions de son application",

"Nous nous attachons à préserver le statut du président de la République et de son rôle crucial dans la réussite de l'expérience de la coalition gouvernementale" qui "est le pilier de la réussite de la transition démocratique dans le pays", s'est exprimé ce mouvement islamiste.

D'un autre côté, Ennahdha voit que "l'extradition de Bagdadi Mahmoudi vers la Libye est une décision indépendante de la justice qui a été prise par l'ancien gouvernement et confirmée par le Conseil de ministres du gouvernement légitime".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent