Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 24.06.2012 12h47
Des dizaines de milliers d'Egyptiens manifestants contre la déclaration constitutionnelle supplémentaire de l'Armée

Des dizaines de milliers d'Egyptiens ont envahi la place Tahrir du Caire vendredi pour protester contre la déclaration constitutionnelle supplémentaire publiée par l'armée au pouvoir.

La manifestation a été initiée par les Frères musulmans, les Salafistes, ainsi que d'autres groupes, qui considèrent la déclaration constitutionnelle supplémentaire du Conseil suprême des Formes armées (CSFA) comme un coup d'Etat contre la démocratie.

"La déclaration constitutionnelle supplémentaire maintient le pouvoir législatif entre les mains de l'armée et nous refusons une telle mesure, qui dévoile les intentions de l'armée de ne pas quitter le pouvoir", a déclaré à Xinhua Hussainy Abdel-Fatah, Salafiste.

La déclaration constitutionnelle supplémentaire a été publiée dimanche par le CSFA quelques jours avant l'annonce officielle du premier président égyptien post-Moubarak.

Cette déclaration donne au CSFA le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'une nouvelle Assemblée populaire.

L'Assemblée populaire, qui était dominée par les islamistes, a été dissoute par le tribunal constitutionnel le 14 juin, qui a jugé non constitutionnels certains articles liés à la loi sur l'élection du parlement donnant le droit à des membres de partis de se présenter pour des sièges indépendants.

"Le CSFA a prévu de dissoudre le parlement pour reprendre le pouvoir législatif, car le pouvoir exécutif sera entre les mains du nouveau président; ils veulent garder le contrôle sur toutes les parties décisionnelles de l'Etat", a expliqué Mohamed al-Aseel, membre des Frères Musulmans.

Sur la place de la Libération, beaucoup de manifestants brandissent l'affiche du candidat présidentiel des Frères Musulmans, Mohamed Morsi, porté vainqueur par son groupe.

Le deuxième tour de la présidentielle a opposé le candidat des Frères Musulmans, Mohamed Morsi, à l'ancien Premier ministre Ahmed Shafiq. Les deux rivaux ont revendiqué la victoire après le décompte des voix dans tous les gouvernorats.

La Commission suprême de l'élection présidentielle a reporté l'annonce des résultats du second-tour prévue pour jeudi, afin d'examiner les quelques 400 appels soumis par les deux candidats.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent