Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 31.05.2012 13h42
Mali : ouverture d'une information judiciaire à l'encontre des officiers supérieurs et subalternes

Le procureur de la République près le tribunal de première instance de la commune 3 du district de Bamako, M. Sombé Théra a annoncé mercredi l'ouverture d'une information judiciaire à l'encontre des officiers (général, supérieurs et subalternes).

Pour rappel, à la suite des affrontements entre les militaires maliens (bérets rouge et vert) dans la nuit du 30 avril au 1er mai dernier, plusieurs officiers avaient été arrêtés.

Selon M. Théra, ladite information judiciaire est "ouverte conformément aux dispositions du code de procédure pénale et du code pénal, pour atteinte à la sécurité intérieure de l' Etat par l' emploi illégal de la force armée, association de malfaiteurs, assassinats, coups et blessures volontaires, vols et détentions illégales d' armes de guerre et complicité".

Le communiqué qui annonce l' ouverture ladite information évoque les noms suivants : "Le général de brigade Hamidou Sissoko dit Man, colonel Abdoulaye Cissé, commandant Abba Abdel Kader Coulibaly, commandant d' aviation Mamadou Lamine Konaré (fils de l' ancien président malien Alpha Oumar Konaré de 1992 à 2002, Ndlr), lieutenant Aly Traoré, lieutenant Mohamed Ismaël Kanouté, lieutenant Abdoul Wahab Coulibaly, commissaire Adama Siriman Coulibaly dit Chine, commissaire Ismaïla Traoré et colonel Abidina Guindo et autres ".

Selon des militaires, "pour le moment le colonel Abidina Guindo reste introuvable. On n' a aucune piste en ce qui le concerne".

Celui-ci a été précédemment le commandant du 33è régiment des commandos parachutistes (ou bérets rouges) et ancien aide de camp du président Amadou Toumani Touré.

Par ailleurs, "le procureur de la république près le tribunal de première instance de la commune 3 du district de Bamako rassure l'opinion que l'information judiciaire suivra son cours dans le strict respect des règles de procédure", conclut ledit communiqué.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »