Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 30.05.2012 08h33
Crise malienne : la CEDEAO s'engage à rétablir l'intégrité territoriale du Mali (PAPIER GENERAL)

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouédraogo, a déclaré lundi soir que l'organisation sous-régionale ferait tout pour rétablir l'intégrité territoriale du Mali.

S'exprimant lors de la 37e Journée de la CEDEAO célébrée à Abuja, M. Ouédraogo a déclaré que même si l'ordre constitutionnel a été restauré au Mali, la CEDEAO n'épargnerait pas son effort pour rétablir la stabilité dans le nord du pays.

Le Protocole de la CEDEAO sur la prévention et la gestion des crises sert de guide pour résoudre les crises au Mali et en Guinée-Bissau, a-t-il poursuivi.

Il a déclaré également que des mesures ont été prises pour s'assurer que les coups d'Etat ne se reproduisent pas dans la sous-région, tout en appelant les Etats membres à travailler ensemble pour la promotion de la paix et de la stabilité.

Selon M. Ouedraogo, son organisation a atteint près de 50% de ses objectifs durant ses 37 années, mais il reste beaucoup à faire, en particulier dans les domaines de la démocratie et de la stabilité ainsi que du commerce interrégional.

L'UE met la région en garde contre un "effet domino"

L'implosion du Mali aurait des conséquences désastreuses sur les pays voisins comme le Niger, la Mauritanie et le Sénégal, a mis en garde lundi Louis Michel, co-président Europe de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, lors de l'ouverture de la 23e session de l'Assemblée à Horsens ( Danemark).

L'actuelle crise dans le Sahel ne pourrait être résolue sans interventions politiques et militaires, a estimé M. Michel.

"Les conséquences du conflit libyen n'ont été nulle part aussi désastreuses qu'au Mali", coupé en deux après le coup d'Etat du mois de mars, l'indépendance ayant été autoproclamée par la rébellion tourage au Nord et le pays étant marqué par la présence d'un groupe terroriste international, a dit M. Michel.

Il a souligné qu'un "effet domino" frapperait également l'Algérie, le Burkina Faso et même la Libye.

M. Michel a appelé au déploiement rapide en juillet 2012 de la mission civilo-militaire dans la région et à l'appui financier à la Communauté des Etats d'Afrique occidentale (CEDEAO) en cas d'opération militaire au Mali.

"Le plus grave est que la crise politico-militaire laisse dans le besoin une population vulnérable", a indiqué M. Michel, attirant l'attention sur 130.000 réfugiés maliens qui ont fui le pays avant la fin avril.

Une cinquantaine de personnes interpellées au Mali

Une cinquantaine de personnes ont été interpellées suite à l'agression du président intérimaire malien Dioncounda Traoré, dont certaines ont été mises à la disposition de la justice.

Le gouvernement intérimaire n'a pas précisé dans son communiqué la coloration politique des personnes qui ont été interpelées. Certaines sources proches du dossier ont pourtant révélé que les personnes interpellées sont "membres" de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM).

Vendredi dernier, des leaders de la COPAM comme Oumar Mariko, Gakou, Younouss Hameye Dicko, avaient passé quelques heures à la gendarmerie dans le cadre de l'enquête.

Le gouvernement a promis de faire toute la lumière sur cette" honteuse et humiliante" agression.

Le président Dioncounda Traoré a été évacué en France le 23 mai pour des examens médicaux dont les premiers résultats sont jugés satisfaisants et rassurants.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »