Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.05.2012 13h28
Une délégation de l'opposition rend visite à une soixantaine de ses militants détenus à la Maison centrale de Conakry

Une délégation de l'Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) et le Collectif des Partis politiques pour la Finalisation de la Transition a rendu visite ce lundi à la Maison centrale de Conakry, capitale de Guinée, à une soixantaine de manifestants interpellés lors de la marche "pacifique" du 10 mai dernier, a-t-on appris de sources concordantes.

Cette délégation était composée de Mouctar Diallo, leader des Nouvelles Forces démocratiques (NFD) et de Charles Pascal Tolno, président du Parti du Peuple de Guinée (PPG) entre autres.

Des sources proches de l'opposition parlent de 69 détenus en tout. Une information non confirmée par les sources judiciaires ayant la charge de ce dossier.

Il faut rappeler que ces manifestants avaient été interpellés jeudi 10 mai lors d'une manifestation publique organisée par l'Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) et le Collectif des Partis politiques pour la Finalisation de la Transition. Pour protester contre le quiproquo qui entoure les préparatifs des élections législatives.

Les choses avaient dégénéré en émeutes entre les forces de l'ordre et les manifestants.

Des sources gouvernementales avaient fait mention de blessés dans les rangs des gendarmes déployés pour le maintien d'ordre lors de cette marche de l'opposition.

Les forces de l'ordre avaient selon les mêmes sources été la cible de jets de pierres de la part des manifestants.

Cette visite de l'opposition à la Maison centrale de Conakry serait destinée à remonter le moral des "détenus", d'après nos informations.

La tension persiste entre le pouvoir et l'opposition avec la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) comme pomme de discorde entre les deux camps.

La CENI a suspendu ses activités de révision des listes électorales en vue de permettre à une équipe d'experts de la Francophonie de venir constater la "fiabilité" du matériel de l'opérateur sud-africain Waymark chargé de gérer la logistique des élections législatives dont la date n'est pas encore fixée.

La date prévue du 8 juillet a été reporté fin avril par le président Alpha Condé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »