Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 24.05.2012 13h21
Mali : le président du CNRDRE a condamné ''fermement'' les actes d'agression sur le président malien par intérim, Pr. Dioncounda Traoré

« Le Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l'Etat (CNRDRE) a appris avec gravité et consternation l'atteinte à l'intégrité physique du président de la République par intérim, Son Excellence Monsieur Dioncounda Traore ce lundi 21/05/ 2012 à son lieu de travail », indique un communiqué du CNRDRE déposé à Xinhua le 22 mai.

Dans le communiqué signé par son président le capitaine Amadou Haya Sanogo, le CNRDRE « condamne fermement ces actes d'agression qui ne peuvent justifier aucune expression d'opinion, ni une contestation populaire ».

Par ailleurs, le CNRDRE a invité les populations au « dépassement de soi et au respect de toutes les actions entreprises pour une sortie de crise louable et une transition pacifique dans l'intérêt supérieur de la nation ».

Le capitaine Sanogo a indiqué que « En ces périodes critiques que traverse notre chère patrie, seul le dialogue, conformément à nos valeurs sociétales, doit être notre guide dans la recherche d' une solution véritable ».

« Le CNRDRE souhaite un prompt rétablissement au président de la république par intérim et invite les Maliens à plus de tolérance et de retenue », conclut le même communiqué signé à la date du 21 mai 2012.

A noter que depuis le mardi 22 mai à partir de 00 heure, (heure locale), le président par intérim, Pr. Dioncounda Traoré est le président de la transition malienne, conformément à l'accord signé entre la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest ( Cedeao) et le CNRDRE, le dimanche le 20 mai.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »