Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 24.05.2012 08h23
Togo: la CEDEAO peaufine un manuel-guide sur les dimensions essentielles pour ses Etats membres

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) peaufine, à Lomé, un manuel-guide harmonisé tenant compte de la dimension genre sur l'éducation à la culture de la paix, aux droits de l'homme, à la démocratie, à la citoyenneté et à l'intégration de ses quinze Etats membres, a constaté mercredi l'agence Xinhua.

Il s'agit d'un document de référence dont la première version est soumise à cette rencontre de cinq jours ouverte lundi dans la capitale togolaise avec des experts et des personnes ressources dans les thématiques clefs de ce manuel-guide.

Le document est inscrit dans le "Projet 702 RAF1000 Consolidation" de la Cedeao qui fonde l'intégration sous-régionale sur la prise en compte des différentes dimensions retenues dans le système d'éducation des Etats membres et surtout dans les pays ayant fait l'expérience de conflit.

Cette initiative de la Cedeao, confiée à l'Unesco, est soutenue par la Banque africaine de développement (BAD) qui a investi près de 15 millions de dollars sur lesquels 2,3 millions de dollars sont consacrés à la dimension culture de la paix.

La version issue de la rencontre de Lomé sera soumise, juillet prochain, à une validation technique des experts de la CEDEAO.

Cependant, les ministres de l'Education des Etats membres apporteront la touche politique à ce document, lors des réunions statutaires de la CEDEAO prévues en octobre prochain.

La CEDEAO regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, la Guinée Conakry, la Gambie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Ghana, le Liberia, la Sierra Leone, le Sénégal et le Togo.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »