Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 24.05.2012 08h22
Côte d'Ivoire : le gouvernement lance un ultimatum pour le dépôt volontaire des armes

Le gouvernement ivoirien lance un ultimatum de 30 jours à toutes les personnes qui détiennent illégalement des armes pour les déposer volontairement.

"Que ce soit des dozo (chasseurs traditionnels), des miliciens, des jeunes démobilisés ou des civils qui portent des armes, nous allons sévir et le délai le délai c'est dans un mois", a menacé mardi le ministre auprès du président de la République, chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, après une réunion avec l'état-major des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI).

"A compter de juin, nous ne voulons plus voir la détention d' armes de façon illégale quelles que soient leurs qualités", a-t-il précisé.

Paul Koffi Koffi a appelé toutes les personnes qui détiennent illégalement une arme à la déposer "dans une caserne, une préfecture ou une sous-préfecture".

Une opération de dépôt volontaire des armes conduite avec l' appui de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) depuis octobre dernier a permis de collecter, à la date du 10 mai, 1.500 armes, 334 grenades et 290.661 millions.

L'opération espère collecter, fin octobre, 5.000 armes.

Le 19 décembre 2011, le président Alassane Ouattara avait instruit les hauts commandements de l'armée à ramener la discipline dans leurs rangs.

Dans ce cadre, le ministre a pris cinq circulaires à l' attention du chef d'état-major général, le général de division Soumaïla Bakayoko et les chefs de commandement, leur demandant entre autres, de procéder au "recensement physique" de tous leurs éléments avant le 30 juin.

"Passé ce délai, tout militaire qui se serait pas présenté physiquement pour procéder à son recensement sera considéré comme démissionnaire et radié des effectifs", a-t-il dit.

De nombreux militaires sont encore en exil ou n'ont pas regagné leurs unités, certains s'absentent sans autorisation et d'autres sortent du territoire national de leur propre gré, a dénoncé Paul Koffi Koffi.

Pour mettre fin à ces comportements, il a instruit les chefs de commandement à maîtriser le mouvement des armes de dotation.

"Je vous demande de prendre toutes les dispositions nécessaires pour que jusqu'au 30 juin 2012, tout militaire qui détiendrait encore illégalement des armes ou des munitions se conforme à la réglementation en vigueur", a-t-il conclu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »