Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 23.05.2012 13h25
Gabon : l'opposition demande d'être associée dans le processus de transparence électorale

La Coalition des partis politiques pour l'alternance (CPPA) réclame la mise en place d'une commission tripartite (Majorité, opposition et société civile) devant réfléchir sur l'introduction de la biométrie dans le processus électoral afin de garantir plus de transparence lors des élections. "Maintenant que le pouvoir a daigné accepter l'introduction de la biométrie réclamée depuis longtemps par l'opposition, nous lui demandons (...) que toutes les parties (majorité, opposition et société civile) doivent prendre part à chaque étape de la mise en oeuvre du programme de la biométrie", exige la CPPA dans une déclaration commune publiée au cours d'une conférence de presse mardi à Libreville.

La demande de l'opposition intervient une semaine après l'annonce du gouvernement gabonais de confier le dossier d'introduction des données biométriques dans le processus électoral à la société Gemalto.

La CPPA refuse que le gouvernement et la société Gemalto " confisquent à eux seuls le dossier de la biométrie afin de procéder encore à la falsification de la liste électorale pour légitimer la fraude et autres arrangements électoraux".

Interrogé par Xinhua quelques heures après la conférence de presse de l'opposition, le ministre gabonais de l'Intérieur, Jean François Ndongou, a affirmé qu'il ne voyait pas d'inconvénient d'associer toute la classe politique dans ce processus.

"Nous n'écartons pas l'hypothèse de les associer", a affirmé le ministre Ndongou.

"Je vais réunir d'ici peu les partis politiques de la majorité comme ceux de l'opposition pour définir avec eux le cadre de participation des partis politiques dans le processus", a-t-il ajouté.

En décembre dernier, la CPPA a boycotté les élections législatives organisées dans le pays, exigeant la biométrie dans le processus électoral. Le gouvernement rejetait la demande et justifiait le refus par le problème de délai et de financement.

Le gouvernement a décidé que les élections locales de 2013 se dérouleront avec un fichier électoral et des cartes d'électeurs biométriques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »