Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 23.05.2012 08h34
Côte d'Ivoire : l'ONU évalue les efforts pour la paix, un an après la crise post-électorale

Une délégation de représentants des membres du Conseil de sécurité de l'ONU a entamé lundi à Abidjan une visite de trois jours en Côte d'ivoire pour évaluer les efforts accomplis pour la paix, un an après la meurtrière crise post-électorale de novembre 2010 dans le pays.

"Nous sommes venus sur le terrain pour apprécier les efforts qui sont faits pour la promotion de la paix", a déclaré l'ambassadeur du Togo à l'ONU, Kodjo Menan, co-président de la délégation, au sortir d'une séance de travail avec le président ivoirien Alassane Ouattara.

Arrivée dimanche soir à Abidjan, la délégation du Conseil de sécurité entame une visite de trois jours en Côte d'Ivoire.

"Nous avons échangé sur les défis importants qui sont devant le pays et nous avons constaté les efforts accomplis depuis un an dans le domaine de la paix, la sécurité et le développement", a ajouté M. Kodjo.

Il a souligné "l'engagement ferme" des autorités ivoiriennes à relever les défis qui se dressent devant le pays et a assuré que l'Onu est prête à aider le gouvernement ivoirien.

La force militaire de l'ONU en Côte d'Ivoire, appuyée par les soldats français de la force Licorne, a joué un rôle décisif dans la chute de l'ex-président Laurent Gbagbo et l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara.

Pour l'ambassadeur de la France à l'ONU, Georges Araud, l'autre président de la délégation, cette visite est un "soutien au pouvoir engagé dans la reconstruction physique et morale" du pays à travers "la justice pour les victimes" de la crise post- électorale, la réconciliation nationale, la réforme du secteur de la sécurité avec "une armée démocratique" et le désarmement des ex combattants.

"Nous sommes ici pour demander aux autorités ivoiriennes ce qu'elles attendent de nous dans ces domaines, car nous devons passer d'une présence militaire à une présence dans le domaine de la sécurité, de la justice et du développement", a-t-il poursuivi.

Avant Alassane Ouattara, la délégation a rencontré le Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio.

Elle doit échanger avec le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, sans oublier les représentants des groupes et commissions parlementaires.

La délégation rencontrera également la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) ainsi que des dirigeants de partis politiques et de la société civile avant de participer lundi après- midi à une réunion de "haut niveau" avec la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »