Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.05.2012 13h35
Mali : la circulation bloquée à Bamako à cause des manifestations contre le président de transition

La capitale malienne a vibré ce lundi au rythme des embouteillages dans le centre-ville à cause des manifestants, qui ont pris d'assaut les principales artères de Bamako notamment au niveau du Centre international des conférences de Bamako (CICB), du monument de l'indépendance et de la cité ministérielle, pour demander le départ du président malien de la transition, Pr. Dioncounda Traoré.

Les manifestants sont sortis à la demande des partis et mouvements associatifs pro-putschs réunis au sein de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM), pour prendre part à la convention nationale.

Partis donc pour participer à ladite convention, les manifestants se sont dispersés prenant des directions diverses, puisque la salle des 1 000 places du CICB n' a pas pu les contenir.

Du CICB, certains manifestants sont partis à la cité administrative où siège le premier ministre Dr Cheick Modibo Diarra. Ceux-ci ont été joints par les leaders de la COPAM.

D' autres manifestants ont marché sur le palais présidentiel pour demander le départ du président de transition Pr. Dioncounda Traoré dès ce mardi 22 mai.

Après son entretien avec ces leaders, le PM a fait une déclaration dans laquelle il a dit aux manifestants que leur "attitude joue sur l' économie du Mali" .

"Vos sorties jouent sur l' économie de notre pays. Ailleurs, à travers les images de vos manifestations, les étrangers se font une mauvaise image de notre pays, les touristes viennent", a-t-il regretté.

Par ailleurs, le PM a promis aux manifestants qu' il transmettra leurs doléances aux signataires de l' accord-cadre en l' occurrence la Communauté économique des Etats de l' Afrique de l' ouest (Cedeao) et le Comité national pour le redressement de la démocratie et le redressement de l' Etat (CNRDRE).

De l' avis de M. Modibo Sangaré, leader de la COPAM, "la convention va se tenir et il faut qu' elle se tienne pour que nous puissions définir les modalités de gestion de la transition".

M. Sangaré a renchéri en ces termes "il n' est pas question que Dioncounda Traoré reste au pouvoir, puisqu' il avait cautionné les actes de l' ancien président Amadou Toumani Touré".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »