Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.05.2012 13h32
L'Afrique du Sud appelle l'Union africaine à soutenir le Parlement panafricain

Le gouvernement sud-africain a appelé lundi les membres de l'Union africaine (UA) à soutenir le Parlement panafricain (PAP) pour mener à bien sa mission de promouvoir le pouvoir législatif et le développement économique en Afrique.

Ces propos été tenus par la ministre sud-africaine de la Coopération et des Relations internationales, Maite Nkoana- Mashabane, à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de la septième session ordinaire de la deuxième assemblée du PAP à Johannesburg.

"Le PAP a réalisé des avancées importantes depuis sa création, pour devenir l'un des organes moteurs du processus d'intégration de l'UA", a déclaré Mme Mashabane.

"Permettre au Parlement de remplir sa mission nécessitera un soutien, que ce soit financier, politique, ou sous toute autre forme, de la part des pays membres", a déclaré la ministre.

"Il est impératif que nous redoublions d'efforts pour oeuvrer à la transformation de cet organe, de son statut consultatif à un statut législatif", a déclaré Mme Mashabane devant cette assemblée réunissant des représentants politiques de presque tous les pays d' Afrique.

Le Parlement africain, qui cherche à acquérir l'autorité d'adopter des nouvelles lois recommandées sur le continent, comprend 265 représentants élus par les organes législatifs de chacun des pays membres et non au suffrage direct.

Créé par l'UA en mars 2004, le PAP envisage de devenir une véritable institution législative à part entière, avec des pouvoirs plus étendus sur le continent.

L'Afrique du Sud estime que le PAP est un organe très important de l'UE, avec une responsabilité énorme dans le processus de démocratisation du continent.

"Le PAP a montré au fil des années depuis sa création qu'il était un acteur majeur dans la construction de la paix, dans la promotion du développement socio-économique et dans le renforcement de l'unité et de l'intégration en Afrique", a dit la ministre.

La vision des dirigeants politiques africains lorsqu'ils ont formé le PAP était de veiller à ce que les habitants d'Afrique deviennent des participants actifs dans les décisions de l'UA concernant tous les aspects de leur intégration, a-t-elle dit.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »