Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.05.2012 08h33
Egypte : Fin de la campagne électorale pour une présidentielle historique

Les candidats présidentiels égyptiens ont achevé dimanche leur campagne électorale, à deux jours d'un vote historique dans le pays.

Toute forme de campagne électorale est interdite aux candidats durant ces deux derniers jours. Ils ne pourront plus ni organiser des meetings, ni participer à des rassemblements visant à promouvoir leur programme, ni apparaître dans des interviews données aux média.

L'ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa, l'un des candidats, a déclaré lors d'une conférence de presse que les Egyptiens allaient se rendre aux urnes "non seulement pour choisir un candidat en qui ils ont confiance pour son patriotisme, son expérience et sa capacité à diriger le pays, mais également pour prendre en main leur destin, et pour choisir le chemin de la démocratie, de la liberté et de la dignité".

L'ex-Premier ministre Ahmed Shafiq s'est engagé à garantir la sécurité de manière constante, à assurer une justice globale au sein de la société et un développement équilibré de la classe moyenne.

Le président du Parti de la liberté et de la justice (FJP), Mohamed Morsi, a déclaré lors d'un rassemblement à Port Said, au nord du Caire, que les Egyptiens allaient pouvoir "élire leur président en toute liberté", et que personne n'oserait "entraver la volonté du peuple".

Selon des sondages indépendants publiés dimanches, M. Ahmed Shafiq serait le favori de l'élection, suivi par Amr Moussa, puis par Abdel-Moneim Abul Fotouh. M. Sabahi arriverait en quatrième place, suivi par Mohamed Morsi en cinquième.

La première élection présidentielle d'Egypte depuis la chute de l'ex-président Hosni Moubarak en février 2011 aura lieu mercredi et jeudi. Toutefois, au vu du nombre de candidats en lice, il est peu probable que l'un d'entre eux remporte l'élection dès le premier tour. Un deuxième tour est prévu pour la mi-juin.

Le secrétaire général de la Commission supérieure pour l'élection présidentielle (HPEC), Hatem Bagato, a déclaré samedi que la commission avait achevé de mettre en place toutes les mesures destinées à garantir le bon déroulement du processus électoral.

Plus de 50 millions d'électeurs éligibles devraient se rendre aux urnes le jour de la présidentielle.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »