Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 21.05.2012 11h29
Les relations sino-namibiennes considérées comme "stables et saines"

Des responsables chinois et namibiens ont décrit jeudi à Windhoek les relations entre la Chine et la Namibie de "stables et saines".

Wang Gang, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), en visite en Namibie, a fait remarquer que malgré les aléas de l'arène internationale, les relations bilatérales entre Beijing et Windhoek ont connu un développement sain et stable.

M. Wang a tenu ces propos lors de sa rencontre avec le président du Parti de la SWAPO et chef de l'Etat namibien Hifikepunye Pohamba, jeudi à la Maison d'Etat.

Wang Gang, qui est également le vice-président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), en compagnie d'une délégation de 23 membres du PCC, est arrivé mercredi en Namibie pour des entretiens officiels avec les dirigeants du Parti de la SWAPO. Leur séjour dans ce pays devrait s'achever vendredi.

M. Pohamba a accueilli la délégation chinoise à la Maison d'Etat et a rappelé à cette occasion que les deux partis politiques entretenaient de bonnes relations depuis les années 1960.

"Je me souviens très bien de ce que le PCC a fait pour la SWAPO, de son soutien matériel et de l'envoi d'experts militaires chargés de former des cadres de la SWAPO en Tanzanie", a-t-il dit, notant que la secrétaire générale de la SWAPO, Pendukeni Iivula-Ithana, faisait partie des Namibiens formés par les experts chinois.

"Notre indépendance a été acquise grâce aux moyens fournis par la Chine", a-t-il ajouté.

M. Pohamba a également souligné que la Chine était l'un des premiers pays à reconnaître la Namibie nouvelle alors dirigée par le Parti de la SWAPO.

La Chine a également soutenu le nouveau gouvernement namibien par le biais d'accords bilatéraux embrassant différents domaines dans lesquels la Namibie a joui des meilleures relations jusqu'à ce jour, a ajouté le président Pohamba.

"Nous sommes reconnaissants envers la Chine pour ce qu'elle a fait avant notre indépendance et pour ce qu'elle continue de faire de nos jours", a-t-il déclaré.

Au nom du PCC, Wang Gang a indiqué que la Chine continuerait à promouvoir les bonnes relations entre les deux pays au profit des peuples chinois et namibien.

"Nous avons signé des mémorandums de compréhension concernant difiérents secteurs dont l'agriculture, les eaux, les forêts, l'économie et le commerce", a-t-il précisé.

La délégation chinoise a également rendu une visite de courtoisie à la secrétaire générale de la SWAPO, Iivula-Ithana, et au Premier ministre Nahas Angula au bureau de ce dernier, jeudi. Mme Ithana a déclaré que son parti était déterminé à renforcer les échanges et la coopération avec le Parti communiste chinois en vue de porter les relations bilatérales à un niveau supérieur.

"J'espère que les deux partis approfondiront davantage leurs échanges et leur coopération pour hisser les relations d'amitié entre les deux pays à un niveau plus élevé", a-t-elle assuré.

Le responsable chinois a, lui, rappelé que les relations entre le PCC et la SWAPO remontaient aux années 1960. Depuis cette époque, les deux partis se sont toujours prêtés soutien et respect et ont noué une amitié bien profonde. Le Parti communiste chinois attache une grande importance au développement de l'amitié traditionnelle avec la SWAPO, a-t-il renchéri.

M. Wang a en outre affirmé que le PCC était prêt à travailler avec la SWAPO, main dans la main, pour maintenir les échanges de haut niveau, afin de s'inspirer mutuellement des expériences accumulées en matière de gouvernance du pays en tant que parti au pouvoir et d'élargir les bases sociales des relations d'amitié à travers les échanges entre les personnes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE