Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.05.2012 13h38
Côte d'Ivoire : la société civile veut "appuyer" la Commission de réconciliation nationale

La Convention de la société civile de Côte d'Ivoire (CSCI) se propose d'appuyer les activités de la Commission dialogue, vérité et réconciliation à travers la mise en place d'un Conseil national de consolidation de la paix.

Selon un communiqué de la présidence ivoirienne publié jeudi, le président de la CSCI, Patrick N'gouan, a informé mercredi le président Alassane Ouattara des recommandations des Journées du consensus national, notamment, la mise en place d'un Conseil national de consultation de la paix (CNCP) dont le rôle consistera à "appuyer" la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR).

"Le président de la République a fait preuve d'une bonne disposition d'esprit", indique le communiqué , citant Patrick N'gouan.

Mardi, M. N'gouan avait rencontré le président de la CDVR, Charles Konan Banny, pour lui présenter le Conseil national de consultation de la paix (CNCP).

"On s'est compris et il a même accepté notre requête de faire des critiques en tant que membres de la société civile et même des contre-propositions dans le sens du travail de la CDVR", avait déclaré à la presse Patrick N'gouan à l'issue de la rencontre.

Le projet de création d'un Conseil national de consolidation de la paix est l'une des principales résolutions des Journées de consensus national organisé du 27 au 30 mars par la CSCI.

Ce Conseil sera chargé d'expliquer aux populations la gestion par la CDVR des dossiers de la réconciliation en ce qui concerne notamment la réforme de l'armée, le dédommagement des victimes, la justice transitionnelle et de réconciliation nationale.

"Démarche inclusive dans toute initiative de consolidation de la paix et de reconstruction post-crise", le Conseil de consolidation de la paix est "une véritable garantie de l'avènement d'une réconciliation vraie et d'une paix durable en Côte d'Ivoire", assure Patrick N'Gouan.

La CSCI a dénoncé récemment sa mise à l'écart du processus de réconciliation nationale, notamment, lors du conclave de Grand-Bassam (sud, 25 km d'Abidjan) qui a abouti fin avril à l'adoption d'un Cadre permanent de dialogue entre pouvoir et opposition.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE