Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 16.05.2012 14h04
Sortie de crise malgache : de défis politiques à réaliser malgré les progrès constatés (SADC)

Madagascar doit relever d' importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente, malgré les progrès pour assurer l'application progressive de la feuille de route de sortie de crise malgache, indique le communiqué du Comité Ministériel de l'Organe Troïka de la Communauté de développement de l'Afrique Australe (SADC), publié mardi.

Suite à sa mission d'évaluation du processus électoral réalisée par les experts des Nations Unies depuis le 21 avril dernier, la Troïka de la SADC a félicité Madagascar pour les progrès enregistrés dans la réalisation de la feuille de route de sortie de crise signée le 17 septembre 2011 à Antananarivo, capitale malgache.

Ces progrès concernent surtout la nomination du Premier ministre de consensus, Omer Beriziky, qui est issu de la mouvance d'opposition de l'ancien président malgache, Zafy Albert, la formation d'un gouvernement de consensus représentant toutes les parties prenantes sur une base équitable, la mise en place du parlement de consensus avec à la tête du Congrès de la Transition, le chef de la mouvance de l'ancien président malgache, Marc Ravalomanana, ainsi que la mise en place de la Commission Electorale Nationale Indépendante de la transition (CENIT) et l' adoption de la loi d'amnistie.

La Troïka a toutefois indiqué, dans son communiqué, que d' importants défis politiques restent à relever.

Au cours des derniers mois, la cohabitation a été insuffisante entre les parties prenantes dans les institutions de la transition, a précisé la SADC.

"La Troïka implore donc les chefs de file dans le pays de faire preuve du leadership politique nécessaire pour mettre fin à l' impasse actuelle et trouver une solution dans l'intérêt de la nation malgache. Cela implique que les parties prenantes travaillent ensemble et agissent avec intégrité en tant que gouvernement transitoire d'union en tenant compte des intérêts de tous les Malgaches, et non en prenant des décisions isolées par pur intérêt politique".

La Troïka demande en outre que la loi d'amnistie adoptée par le Parlement, ainsi que tous les autres articles en instance qui n' ont pas encore été mis en oeuvre doivent être appliquées urgemment.

Pour la Troïka, l'autorité actuelle et l'opposition, parties prenantes et signataires de la feuille de route, "ont une obligation morale politique, en tant que dirigeants envoyés par leurs circonscriptions et le peuple Malgache en général, à mettre en oeuvre la Feuille de Route dans son intégralité".

Tout en considérant que la feuille de route est encore la seule voie légitime vers la normalité constitutionnelle, la Troïka a mis en garde toutes les parties prenantes qu'elle prendra les clauses de pénalité nécessaires tel que stipulées dans la feuille de route contre celle qui continue d'entraver son application.

Madagascar traverse une crise politique depuis décembre 2008, suite à des troubles qui ont obligé Ravalomanana à démissionner et porter le maire d'Antananarivo de l'époque, Andry Rajoelina, au pouvoir. Plusieurs rencontres ont été organisées par la communauté internationale pour trouver une sortie de crise.

Source: xinhua

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale