Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 20.04.2012 08h15
Madagascar : la crise malgache à l'ordre du jour de la réunion de la Troïka de la SADC

La crise àMadagascar sera à l'ordre du jour de la Troïka, l'organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), à partir de vendredi à Johannesburg, Afrique du Sud, a affirmé jeudi l'ambassadeur de l'Afrique du Sud, Gert Johannes Grobler.

A l'issue de sa rencontre avec le président du Conseil supérieur de la Transition (CST), Dolin Rasolosoa, à Antananarivo, la capitale malgache, l'ambassadeur a indiqué que l'évolution de la mise en oeuvre de la feuille de route de sortie de crise malgache, entre autres, la loi d'amnistie qui vient d'être adoptée par le parlement de la transition malgache la semaine dernière, sera discutée pendant cette réunion.

« Nous espérons une déclaration concernant son évaluation à l' issue du rendez-vous de la Troïka », a annoncé Gert Grobler.

Les remarques ainsi que les observations de toutes les entités signataires de la feuille de route signée le 17 septembre dernier à Antananarivo, seront transmises pendant la réunion de la Troïka, que ça concerne la loi d'amnistie ou d'autres points relatifs à cette mise en oeuvre de la feuille de route, a-t-il précisé.

Notons que la mouvance de l'ancien président malgache, exilé en Afrique du sud depuis le mois de mars 2009, Marc Ravalomanana, conduit par son chef de délégation, Mamy Rakotoarivelo, a déposé au bureau de liaison de la SADC à Antananarivo, son propre mémorandum concernant l'application de la feuille de route.

Mamy Rakotoarivelo a indiqué que « la mouvance Ravalomananane veut pas être complice d'une loi d'amnistie qui ne favorise pas l' apaisement politique préconisé dans la feuille de route ».

Cette loi d'amnistie ne donne pas ainsi faveur à l'exilé politique et son sort dépend encore du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) et de la commission spéciale créée au sein de la Cour suprême, qui identifiera tous les autres potentiels amnistiables.

Cette mouvance menace par ailleurs, de sortir des institutions de la transition si leur doléance n'est pas entendue.

De l'autre côté, les partisans du président de la transition malgache, Andry Rajoelina, espèrent que la Troïka va trancher et accordera la tenue des élections suite à la réalisation de différents points etl a mise en place des diverses institutions décrites dans cette feuille de route.

Rappelons que Madagascar est en crise depuis décembre 2008 suite à une opposition entre Ravalomanana et Andry Rajoelina qui était encore maire de la capitale à l'époque. Des manifestations populaires dirigées par Rajoelina ont conduit à la démission de Ravalomanana et la prise de pouvoir de Rajoelina en mars 2009. Depuis, des rencontres internationales ont été organisées pour trouver les résolutions de la crise malgache, entre autres, cette feuille de route signée par onze entités politiques malgaches et qui prévoit l'accomplissement de différents points essentiels avant la tenue des prochaines élections.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Un air frais venu de l'élection du nouveau président de la Banque mondiale
La Thaïlande reconnaît le rôle de la Chine auprès de l'ASEAN
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?