Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.04.2012 13h29
Visite du président Sall en France, un nouveau départ pour les relations franco-sénégalaises (AVANT PAPIER)

Le nouveau président sénégalais, Macky Sall, entame demain, mercredi 18 avril, une visite à Paris, la première qu'il effectue hors du continent africain depuis son investiture, début avril.

Cette visite dans l'ancien pays colonisateur est considérée par les observateurs comme une retrouvaille entre les deux pays après la brouille notée ces derniers mois, sous l'ancien régime du président Abdoulaye Wade. Ce dernier s'était offusqué des prises de positions du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, qui avait émis des critiques sur sa candidature pour un troisième mandat de sept ans à l'âge de 85 ans.

Avant et après la présidentielle, le président Wade avait vivement déploré cette « ingérence de la France » dans les affaires intérieures du Sénégal. Quoi qu'il en soit, le président français avait salué chaleureusement l'élection de Macky Sall comme une « très bonne nouvelle pour l'Afrique en général et pour le Sénégal en particulier », magnifiant un « modèle de démocratie ». A la cérémonie d'investiture du président Sall, Alain Juppé avait représenté la France et avait indiqué que son pays allait continuer à soutenir le Sénégal. Il est évidement que le Sénégal post-Wade a plus besoin que jamais de la France, son premier bailleur de l'aide publique au développement et qui présente dans plusieurs secteurs clés, entre autres de l'éducation, la santé, l'agriculture.

Lors d'une visite en France avant l'élection présidentielle, Macky Sall avait annoncé la couleur et tenu des propos élogieux sur la coopération franco-sénégalaise, tout en invitant son redimensionnement. Dans un discours à l'Institut Français des Relations Internationales, il avait souligné « le caractère privilégié de la France dans la politique diplomatique du Sénégal ».

« La France reste et demeure notre partenaire privilégié. C'est notre histoire commune multiséculaire qui est ainsi faite », a-t- il souligné. Il avait toutefois tenu à faire remarquer que la France n'a plus « le monopole de l'influence culturelle, économique et politique ».

« Désormais, la population sénégalaise regarde, s'influence et échange avec nos frères africains,européens, américains, mais aussi des pays du Golfe ou d'Asie. »

Pour Macky Sall, les défis sont importants pour maintenir la primauté de cette relation franco-sénégalaise. « Nous avons connu des accrochages sur les politiques migratoires, sur la réforme des accords APE, mais aussi sur le traité de défense qui ont mis au second plan, la profondeur de nos relations que ce soit autour de nos intérêts fondamentaux communs, la coopération multiforme entre les peuples sénégalais et français, des relations économiques riches et promises à un bel avenir », avait-il précisé.

Sur le plan sécuritaire, malgré le départ le 1er août 2011, des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) avec leur remplacement par les Eléments français au Sénégal (EFS), la France a conservé à Dakar un « pôle opérationnel de coopération à vocation régional ».

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Thaïlande reconnaît le rôle de la Chine auprès de l'ASEAN
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes