Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.04.2012 13h22
Mali: la junte brouille les cartes par l' arrestation de personnalités militaires et politiques (PAPIER GENERAL)

La junte militaire au pouvoir au Mali sous le nom de CNRDRE (Comité national de redressement de la démocratie et de redressement de l' Etat) a arrêté plusieurs personnalités politiques et militaires dans la nuit de lundi à mardi.

Il s'agit, entre autres, de deux candidats déclarés aux prochaines élections présidentielles, notamment Soumaïla Cissé (Union pour la République et la Démocratie, président sortant de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest africaine) et Modibo Sidibé (candidat indépendant et ancien Premier ministre).

L'opérateur économique Bany Kanté, le manager du Holding Mali-Libya, a été aussi mis aux arrêts. Au niveau des officiers, ont été arrêtés le Général Sadio Gassama (infanterie, ministre de la Sécurité intérieure dans le dernier gouvernement du président Amadou Toumani Touré), le Général Hamidou Sissoko (gendarmerie, Chef d'état-major particulier du président ATT et ex-directeur des renseignements généraux), le Contrôleur général de police Mahamadou Diagouraga.

La Police militaire, dont des éléments cagoulés ont procédé à l' arrestation des différentes personnalités, s'est rendue aussi chez des leaders politiques comme l' ancien président de l' Assemblée nationale du Mali, Pr. Ali Nouhoum Diallo, Tiébilé Dramé (PARENA), Me Kassoum Tapo (Député ADEMA, porte-parole du Front pour la sauvegarder de la démocratie et la République), Ibrahima N' Diaye dit Iba (vice-président de l' ADEMA).

Si officiellement rien n'a a été reproché aux personnes arrêtées au moment de leurs arrestations, de nombreuses sources politiques et militaires soulignent que la junte leur reproche une tentative de coup d'Etat.

La junte justifierait cette opération par le fait que "beaucoup d'armes ont été saisies dans le champ de Modibo Sidibé". Toutefois, Kader Toé, un chronique politique dans la presse malienne, estime que "c'est juste une stratégie de plus du Capitaine Sanogo et de ses acolytes pour distraire le pays et s' accaparer du pouvoir qui était en train de leur échapper de jour en jour". Un avis largement partagé par des personnalités politiques qui ont accepté de se prononcer sur ces arrestations sous l' anonymat.

Ces arrestations interviennent au moment où les Maliens attendaient le nom de leur prochain Premier ministre après les négociations du week-end dernier à Ouagadougou. Dans la journée de mardi, le président de la République par intérim du Mali, Pr. Dioncounda Traoré, a signé le décret de nomination de Dr. Cheick Modibo Diarra en qualité de Premier ministre de la transition.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Thaïlande reconnaît le rôle de la Chine auprès de l'ASEAN
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes