Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 16.04.2012 13h23
Le président mauritanien appelle la communauté internationale à « éviter un nouvel Afghanistan » dans le nord du Mali

Le chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé la communauté internationale à agir au plus vite pour éviter que le nord du Mali ne devienne « un nouvel Afghanistan ».

Interrogé dimanche par des journalistes de TV5 Monde, du Monde et de RFI, le président Ould Abdel Aziz a souligné que « tous les ingrédients sont là pour faire du Mali un Afghanistan ».

Ould Abdel Aziz a expliqué que l'attitude du pouvoir central malien a entrainé un abandon du nord du Mali pour laisser se « greffer le problème du terrorisme et des trafics ».

Le président mauritanien a rejeté la proclamation d'une république dans cette partie du nord malien. « Je ne pense pas qu'il faille avoir une nouvelle république dans cette région », a- t-il souligné. Il a ajouté qu'il revient aux Maliens de « choisir s'ils veulent accorder l'autonomie au nord du Mali. On n'est pas contre, si les Maliens l'acceptent ».

Le président mauritanien a, en outre, rejette toute idée de négociations avec les islamistes armés du nord du Mali. Il a souligné qu'il ne « voit pas comment on peut discuter avec les terroristes. Nous ne les combattons pas pour le moment, mais si la communauté internationale, le Mali ou les pays de la région décidaient de les combattre, on ferait partie de ce groupe ».

Il a également mentionné l'évolution dangereuse marquée par les islamistes armés dans le nord du Malin, soulignant qu'« au départ, les terroristes n'avaient pas des effectifs très importants, 300 personnes, quelques dizaines de véhicules, maintenant ils ont conquis 65% du territoire malien, ils ont toute latitude pour s'équiper ». « Les Etats qui vont les combattre feront face à une armée », a-t-il conclu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »