Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 11.04.2012 13h26
APE : le Cameroun organise une position concertée face aux pressions de l'UE

Pressé de ratifier l'accord intérimaire signé en 2009, le gouvernement camerounais, avec la participation du patronat et des chambres consulaires, a réuni mardi à Yaoundé son comité interministériel sur les négociations de l'Accord de partenariat économique (APE) entre l'Afrique centrale et l'Union européenne (UE) en vue d'une position concernée face à ces pressions.

"Il s'est agi pour nous de réaliser une convergence de vues entre tous les ministres camerounais qui s'occupent de la question ", a expliqué à la presse le ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi, au terme de la concertation tenue dans un contexte où l'UE lance depuis fin 2011 un ultimatum jugé non justifié par le pouvoir.

"Je ne pourrais pas vous dire qu'est-ce qui va changer, les négociations se poursuivent. Nous sommes en partenariat avec l'Union européenne, il faut bien qu'en allant discuter avec notre partenaire nous ayons une position commune et c'est ce que nous avons organisé", a poursuivi le ministre Nganou Djoumessi.

Jugés contraires aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) y compris par le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, les accords de partenariat économique en négociation entre l'UE et les pays d'Afrique, Caraïbe et Pacifique (ACP) sont mal perçus au sein de l'opinion publique camerounaise qui y trouve une menace contre l'économie nationale.

L'UE menace de retirer les bénéfices du Règlement d'accès au marché (RAM) d'octobre 2007, qui accorde un accès en franchise de droit de douane et hors contingent aux Etats ayant conclu un APE d'étape ou intérimaire comme le Cameroun et d'appliquer le Système de préférences généralisées (SPG) si ces Etats ne prennent pas de mesures nécessaires à la ratification et/ou à l'application provisoire avant le 1er janvier 2014.

Selon le ministre de l'Economie, "l'Union européenne fait pression sur le Cameroun, mais le Cameroun est respectueux de ses engagements internationaux. Vous pouvez noter que récemment le chef de l'Etat a déposé un projet de loi à l'Assemblée nationale pour ratifier justement la Convention révisée de Cotonou dont l'APE n'est qu'un dérivé".

Il a tout de même précisé que "le Cameroun est en train de mettre à niveau un certain nombre d'entreprises pour justement répondre aux attentes de l'ouverture des marchés".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie