Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 11.04.2012 13h20
Côte d'Ivoire : accusés d'atteinte à la sureté de l'Etat, des gendarmes relaxés

Le Tribunal militaire d'Abidjan a prononcé mardi, pour vice de procédure, la relaxe de 21 gendarmes accusés d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

Au terme de cinq audiences, le procès ouvert le 15 mars a pris fin avec le verdict prononcé par le président du tribunal militaire, Georges Kouamé Kouakou.

Les 21 gendarmes sont tous des ex-éléments du Groupe d'escadron blindé, unité d'élite sous le régime de l'ex président Laurent Gbagbo et en première ligne dans la bataille contre l'armée pro-Ouattara lors de la crise post-électorale.

Ils étaient accusés d'atteinte à la sureté de l'Etat, de détention illégale d'armes, de violation de consignes et de troubles à l'ordre public.

Ils ont été relâchés par le tribunal pour vice de procédure.

Selon le président du tribunal militaire, la procédure n'a pas été respectée.

En cas de crime, a-t-il expliqué, un juge d'instruction doit faire une enquête préalable pour avoir plus d'informations sur le dossier.

"Or, le procureur militaire n'a pas respecté cette procédure", selon le président du tribunal qui a prononcé la remise en liberté des prévenus, estimant que la procédure ne pouvait aller à son terme.

L'avocat des prévenus, Me Raoul Gohi Bi, s'est réjoui de cette décision du tribunal militaire non sans toutefois préciser qu'à tout moment le commissaire du gouvernement peut saisir un juge d'instruction pour mener les investigations sur ces faits.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie