Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.03.2012 09h02
Rabat abrite une grande rencontre économique franco-marocaine (PAPIER GENERAL)

A l'initiative du Club des chefs d'entreprises France-Maroc, une grande rencontre d'investisseurs des deux pays se tient le 28 mars à Rabat.

Une importante délégation de près de 200 chefs d'entreprises françaises, dont une large majorité d'opérateurs intéressés pour investir au Maroc, prennent part aux travaux dont la cérémonie d'ouverture sera présidée par le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, en présence des ministres en charge des principaux secteurs économiques.

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et son homologue français, le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), ont joué un rôle particulièrement actif dans la préparation de cet événement et ont mobilisé leurs adhérents pour la circonstance.

La journée est l'aboutissement de trois mois de travail du Club des chefs d'entreprises Maroc-France, lequel a préalablement identifié les leviers d'amélioration des investissements et du partenariat dans le cadre de 8 groupes mobilisant plus de 60 chefs d'entreprises français et marocains. Elle se déroulera en deux temps. La matinée sera consacrée à une séance plénière.

Celle-ci permettra au chef du gouvernement et aux ministres de s'adresser aux chefs d'entreprises pour présenter les opportunités offertes par le Maroc et répondre à leurs questions. Dans l'après-midi, des ateliers sectoriels se tiendront autour des ministres concernés. Ce sera l'occasion pour les investisseurs français et marocains d'exprimer leurs préoccupations et leurs attentes.

La France reste le premier investisseur étranger au Maroc avec un stock d'investissements directs à l'étranger (IDE) estimé à 14 milliards d'euros. Les entreprises françaises comptent plus de 700 filiales au Maroc et fournissent de l'emploi à 100 000 personnes. Presque la totalité de ces entreprises affichées à l'indice boursier Cac 40 sont présentes au Maroc.

L'association du constructeur français ALSTOM aux projets du tramway de Casablanca, après celui de Rabat, et du Train à grande vitesse (TGV) devant relier la métropole économique à Tanger, l'entrée du groupe France Télécom dans le capital de Méditel, deuxième opérateur mobile marocain, les projets d'implantation au Maroc de nouvelles franchises françaises (Fauchon, FNAC ...), sont parmi les faits marquants de l'année 2010.

Le Maroc est aussi le premier bénéficiaire des concours de l'Agence française de développement (AFD). Selon les chiffres fournis par Bruno Joubert, ambassadeur de France au Maroc, les engagements de l'AFD au Maroc ont dépassé 715 millions d'euros sur la période 2007-2009. L'AFD a accordé en 2010, un total de prêts de 362 millions d'euros pour le financement de projets de développement économique et social au Maroc. L'Agence française de développement a également accordé en 2011 des prêts au Maroc pour le TGV, l'appui multisectoriel (transport, tramways, agriculture, projet solaire..).

Sur le plan commercial et selon les dernières statistiques du Commerce extérieur français, la France est le premier partenaire commercial du Maroc en 2009, avec 18,2% des échanges extérieurs marocains, selon le ministère français des Finances.

Elle est à la fois son premier fournisseur avec 15,5% de part de marché, les exportations françaises vers le Maroc s'élevant à plus de 4 milliards d'euros et son premier client en absorbant 24,4% de ses exportations.

Les exportations marocaines vers la France sont concentrées sur quelques secteurs: les produits textiles, les composants électriques et électroniques et les produits agroalimentaires.

Pour élargir la gamme de ses ventes, le Maroc a mis en place en 2009 un plan dénommé "Maroc Export plus" dont l'objectif est de doubler les exportations d'ici 2018.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine