Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 28.03.2012 13h24
L'UE va s'opposer à la prolongation du mandat du gouvernement somalien

L'Union européenne (UE) affirme qu'elle n'acceptera pas une prolongation du mandat du gouvernement fédéral de transition en Somalie qui se termine en août.

L'UE a déclaré que les institutions actuelles du gouvernement de transition doivent prendre fin et le Parlement remplacé par une assemblée constituante qui sera composé de membres des régions séparatistes du Puntland et du Somaliland.

La formation d'une assemblée constituante est attendue d'être la dernière étape vers la stabilisation et l'unification de la Somalie qui n'a pas eu un gouvernement depuis près de deux décennies et est devenue un terrain fertile pour les terroristes et les criminels.

Le représentant spécial de l'UE pour la Corne de l'Afrique Alexander Rondos a déclaré à Nairobi mardi que la date limite fixée ne peut pas être prolongée en raison de l'urgence de stabiliser le pays qui n'avait pas de gouvernement pour plus de 20 ans.

Les actuelles institutions fédérales de transition prendront fin en août 2012 et l'Assemblée est prévue de guider le pays dans sa prochaine phase de stabilisation soutenue par la mission de paix dirigée par l'Union africaine là-bas.

L'assemblée constituante va remplacer le Parlement fédéral de transition. Elle préparera une nouvelle constitution et nommer une nouvelle Autorité intérimaire avec la tâche d'établir les institutions du gouvernement et de préparer des élections ..

Il n'est pas clair si l'autre région séparatiste du Somaliland qui a fait du lobbying pour la reconnaissance des Nations Unies en tant que nation indépendante accueillera le geste malgré le fait que des membres influents de l'Organisation des Nations Unies et de l'Union européenne soutiennent l'unification peut le forcer à la table des négociations.

L'UE est parmi les plus grands partisans de la stabilisation de la Somalie et est un financier clé de la mission de paix de l'Union africaine connue sous le nom d'AMISOM.

La mission a été renforcée à 17.000 soldats avec le Kenya et Djibouti devenant les nouveaux entrants et les troupes sierra- léonaises devraient se joindre bientôt.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine