Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 23.03.2012 08h45
Afrique/Monde arabe : tenue à Bujumbura de la 7e Réunion du Conseil de l'ASSECAA

L'Association des Sénats, Shoora et Conseils Equivalents d'Afrique et du monde Arabe ( ASSECAA) tient la 7e réunion de son Conseil et sa 6e Conférence, jeudi et vendredi à Bujumbura, capitale du Burundi.

Ouvrant la réunion du Conseil, qui a rassemblé une centaine de délégués de 10 pays africains, de 5 pays asiatiques, de l'Union interparlementaire arabe, le présidente du Sénat gabonais et présidente en exercice sortante de l'ASSECAA, Rose Francine Rogombe, a souligné que le défi principal de l'association est le renforcement de la paix et la sécurité en Afrique et dans le monde arabe.

Elle a ajouté que les autres défis des pays et des organisations membres de l'ASSECAA sont le renforcement du dialogue démocratique, l'exigence du pluralisme démocratique et la responsabilité des parlementaires à amener les pouvoirs mis en place démocratiquement à pouvoir trouver un équilibre entre l' exercice de l'autorité et le besoin de liberté des peuples gouvernés.

Outre le Burundi, les pays représentés à cette rencontre sont la Mauritanie, le Soudan, le Zimbabwe, la Namibie, l'Ethiopie, le Nigéria, l'Algérie, l'Afrique du Sud, le Maroc, le Gabon, le Yémen, Bahreïn, la Jordanie, le Qatar et l'Arabie Saoudite.

L'ASSECAA a été mise en place après une réunion des présidents des Conseils de la Shoora et des Sénats d'Afrique et du Monde Arabe en février 2001 à Nouakchott en Mauritanie, destinée à délibérer sur la possibilité d'établir une entité parlementaire visant à renforcer la coopération entre l'Afrique et le Monde Arabe.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 22 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation