Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 14.03.2012 10h43
Le Soudan et le Soudan du Sud parviennent à un ensemble d'accords initiaux à Addis Ababa

Le Soudan et le Soudan du Sud ont signé mardi un certain nombre d'accords initiaux dans le contexte des négociations qui ont lieu actuellement entre les deux parties à Addis Abeba, capitale de l'Éthiopie, a rapporté l'agence de presse officielle SUNA.

« Les délégations des deux pays ont signé un ensemble d'accords dans le cadre du troisième round de négociations sur les questions postérieures à la sécession », a déclaré Sanaa Hamad Al- Hawad, secrétaire d'État soudanaise à l'Information, citée par SUNA.

« Un accord a été signé entre les gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud sur des déclarations préliminaires. Les deux parties ont convenu de former une commission ministérielle commune pour harmoniser la situation des citoyens respectifs de ces deux pays », a-t-elle ajouté.

Les deux parties ont entre autres convenu de signer les principes de travail des commissions techniques chargées de la démarcation des frontières entre les deux pays, a-t-elle dit, ajoutant que ces comités devraient débuter leur travail immédiatement.

En outre, les deux pays ont décidé de réunir en sommet leurs présidents dans les prochaines semaines à Juba, capitale du Soudan du Sud, sommet au cours duquel ils signeront les accords définitifs.

Aux termes de l'accord sur la nationalité, les ressortissants de chaque État bénéficieront désormais de la liberté de résider dans l'autre pays, de s'y déplacer ou encore d'y entreprendre toute activité économique ou d'y acheter ou vendre des biens.

L'accord sur la démarcation des frontières et les questions connexes pose une base pour débuter l'entreprise de démarcation de cette frontière, la plus longue d'Afrique.

Dans le sillage des négociations facilitées par le de Panel de haut niveau l'Union africaine (AUHIP), les deux pays ont signé ces accords en présence de l'ex-président sud-africain et négociateur en chef de l'UA Thabo Mbeki, ainsi que de l'ex- président burundais Pierre Buyoya et du Commissaire de l'UA pour la paix et la sécurité Ramtane Lamamra, entre autres personnalités.

Idris Abdelkadir et Pagan Amum ont signé ces accords mardi au nom respectivement du Soudan et du Soudan du Sud.

Les deux parties sont réunies pour ces négociations à Addis Abeba depuis six à sept jours, a indiqué M. Mbeki aux journalistes lors de la cérémonie de signature.

Ces accords provisoires ont été conclus dans un esprit de bonne coopération et de partenariat, par une discussion entre les parties à l'issue desquelles elles ont renouvelé leur engagement de poursuivre les négociations de bonne foi et de parvenir à des accords qui assureront la viabilité économique, politique et de sécurité des deux États, a indiqué l'AUHIP.

Les délégations des deux gouvernements se réuniront immédiatement pour préparer le sommet et l'AUHIP se rendra également dans les deux capitales pour y rencontrer les présidents et discuter avec eux du processus de préparation du sommet.

Les deux parties ont également convenu de former une Commission sur le statut des ressortissants de l'autre État et sur les questions connexes.

Ce comité devrait entamer son travail immédiatement, avant même la signature des accords par les présidents dans deux semaines.

Le Soudan et le Soudan du Sud mènent actuellement à Addis Abeba des négociations sous la médiation de l'Union africaine pour régler un certain nombre de litiges en suspens.

Depuis que le Soudan du Sud s'est séparé du nord du pays en juillet 2011, les deux parties ne sont pas parvenues à mener à son terme la démarcation de leur frontière commune ni à parvenir à une solution pacifique sur le contrôle de la région pétrolifère et frontalière d'Abyei.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 13 mars
Sélection du Renminribao du 13 mars
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation
Des sessions pas comme les autres
Les dépenses militaires de l'Asie