Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 10.03.2012 10h05
Madagascar :les sous-officiers ont eu gain de cause auprès de la transition

Les sous-officiers (Cosofam) regroupés dans le Corps des personnels et des services administratifs et techniques (Capsat), qui ont tenu une grève au début de cette semaine, ont eu gain de cause auprès de l'exécutif malgache. Cettefois-ci, le gouvernement malgache a cédé très vite, contrairement aux autres revendications des autres entités malgaches comme celle des enseignants chercheurs qui réclament leurs indemnités non payés depuis plusieurs mois et celle des employés de courte durée au sein de la direction générale des forêts qui n'ont perçu aucun salaire depuis le mois de décembre 2011.

Ces membres du Cosofam ont réclamé depuis lundi matin la réalisation des promesses du président de la transition actuel, Andry Rajoelina, notamment l'application de la suppression des impôts, taxes et impositions qui sont relevés de leurs salaires.

Rajoelina avait promis lors de la présentation de voeux du nouvel an du 11 janvier dernier, de « se pencher sur cette question de retenue de salaire et que le moment est arrivé de concrétiser ce qui a été convenu avec les responsables ».

Selon le dernier communiqué du gouvernement, les revendications du Cosofam n'auraient pas eu lieu car la non réalisation de la promesse présidentielle est d'ordre purement technique. « Suite à la récente hausse des salaires et consécutivement à des contraintes purement techniques qui ont faussé le calcul du montant total des impôts à prélever sur les diverses indemnités perçues par lesdits sous–officiers, un nouveau calcul va être fait pour que la promesse présidentielle en la matière soit intégralement honorée », a précisé le communiqué gouvernemental sur ce sujet.

Le quotidien Midi Madagasikara, dans son édition de ce vendredi a précisé que « 4 milliards d'Ariary (1 dollars équivaut à 2.000 Ariary) ont été débloqués pour satisfaire les revendications des sous-officiers et éteindre le feu qui couvait le Capsat».

Depuis mercredi soir, les sous-officiers ont arrêté leur manifestation alors que le mardi dernier, ils déclaraient que si leur revendication n'est pas satisfaisante, ils continuent à réclamer même le départ du ministre des forces armées.

Rappelons que ces militaires du Capsat sont connus dans le pays pour leur mutinerie en mars 2009 contre le régime de l'ancien président Marc Ravalomanana et leur soutien à Andry Rajoelina. La manifestation populaire conduite par ce dernier et appuyé par ces militaires, a conduit Ravalomanana à démissionner. Rajoelina a pris le pouvoir le 17 mars 2009 et depuis, le pays s'engouffre dans la crise permanente.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 9 mars
Principales nouvelles du 9 mars
La Chine vote contre un prétexte pour la guerre
Même Poutine, mêmes vieilles politiques ?
Le rééquilibrage des relations extérieures de la Russie